Minute est tellement d’extrême droite qu’il ne faut surtout pas le lire

Voici un article publié par « Minute » qui au delà de la complaisance évidente envers Patrick Buisson, pose la seule question qui vaille: François Hollande conscient que dans le contexte actuel sa réélection ne pourrait être que fortuite ne chercherait-il pas à tout prix croiser Marine Le Pen au second tour des présidentielles de 2017?

Comment Hollande veut tuer Sarko avant 2017

L’article que nous publions ci-dessous est déjà paru dans nos colonnes, sous le même titre, dans notre n° 2595 du 26 décembre 2012. Il y a quinze mois. Toute la stratégie de François Hollande à l’égard de Nicolas Sarkozy y était décrite. Tout ce qui allait se dérouler y était annoncé. Au lendemain de Noël, ce ne fut pas notre numéro le plus lu. Revoici donc cet article.

François Hollande y pense tous les jours en faisant son nœud de cravate (de travers) : 2017, c’est demain. Il y pense même depuis qu’il a franchi le seuil de l’Elysée. Cinq ans, c’est court. Dix ans, c’est mieux. Et c’est jouable. A une condition : éliminer Nicolas Sarkozy de la vie politique française, frapper d’« impeachment », comme on dit aux Etats-Unis, ce­lui qui est son seul rival sérieux pour la prochaine présidentielle.
Pour cela, l’arme politique est inopérante. Le chef de l’Etat sait qu’il a été élu sur un malentendu. Que les Fran­çais l’ont porté au pouvoir par un rejet de Nicolas Sarkozy – aggravé par les mots d’ord­­re tactiques de Marine Le Pen et de François Bayrou –, mais que ce rejet peut s’estomper. Pire, Sarkozy pourrait apparaître, à l’appro­che de 2017, comme un recours après l’hypo-présidence de Hollande et les folles exigences de son par­ti totalement déconnecté de la réalité économique du pays et des as­pirations des Français.

Hollande veut un duel avec Marine Le Pen
« La France n’est pas majoritairement à gauche », confiait déjà Hollande au « Nouvel Obs » juste avant son élection. L’élection de Jean-François Copé à la présidence de l’UMP lui a donné raison… en mê­me temps qu’elle validait les thè­ses de Patrick Buisson. Et c’est à raison que Guil­laume Bernard, maî­tre de conféren­ces à l’Institut ca­tholique d’étu­des supérieures (Ices), théorise, après d’autres, un mouvement « dextrogyre » au sein de la vie politique française, qu’il explique ainsi : « Pendant deux siècles, jusqu’à la chute du mur de Berlin, la vie politique a con­nu un mouvement “sinistrogyre”, se­lon l’expression d’Albert Thibaudet, c’est-à-dire que les nouvelles forces apparaissaient par la gauche de l’échiquier po­litique. Désormais, le mouvement s’est inversé : l’offensive intellectuelle vient par la droite. »
D’ici à 2017, on ne voit pas ce qui pourrait inverser ce courant. Et François Hollande ne voit pas non plus qui d’autre que Nicolas Sarkozy pourrait incarner cette mutation, tant la droite manque de leaders ayant l’étoffe d’un chef d’Etat – sans parler de ceux qui, tels Fillon ou Ba­­roin, n’ont pas pris la mesure du bouleversement en cours ou, l’ayant mesuré, veulent le contrecarrer. A cet égard, ce n’est pas pour rien que Fran­çois Pinault, le plus emblématique des patrons chiraquiens, a voté pour Hollande et continue à s’en féliciter, ainsi que nombre de fidèles de l’ancien chef de l’Etat corrézien…
Si Sarkozy est candidat en 2017, es­time donc Hollande, sa réélection est mal engagée. Tandis que s’il ne l’est pas, la conjonction, cette fois, d’une multiplication de candidatures à droite et de l’absence de leader « naturel » de l’électorat conservateur va assurer la qualification pour le second tour de Marine Le Pen. Soit un duel Hollande/Le Pen qui ne ressemblera certes pas au duel Chirac/Le Pen de 2002 mais qui lui assurera, pense-t-il, sa réélection et plongera durablement l’opposition dans une crise sans précédent. Le plus simple est donc d’empêcher Nicolas Sarkozy d’être candidat à la présidentielle…
Pour cela, Hollande et les con­seillers qui l’entourent, dont ceux is­sus de la cellule de veille mise en pla­ce durant la cam­pagne présidentielle de 2012, ont un objectif : obtenir par tous les moyens que la justice pro­nonce une peine d’inéligibilité à l’égard de Sarkozy. Avec l’aimable coopération du garde des Sceaux, Christiane Taubira, qui a la haute main sur le parquet, en première instance comme en appel et en cassation.

Objectif : rendre Sarko inéligible
Pour le moment, l’affaire Bettencourt n’a pas donné les résultats es­pérés. A l’issue de son audition le 22 no­vembre dernier à Bordeaux, Sarkozy n’a pas été mis en examen. Le juge Gentil n’a pas trouvé d’« indices graves et concordants » permettant d’y procéder. Il n’est pas question de ren­voyer Nicolas Sarkozy en correctionnelle. Rien n’établit pour l’heure qu’il ait reçu des valises de billets d’André Bettencourt et, a fortiori, qu’il ait financé ainsi sa campagne électorale. Sarko : 1, Hollande : 0.
Deuxième front, celui des sonda­ges de l’Elysée. Là, Hollande a marqué un point avec l’ouverture d’une enquête pré­liminaire suite à la plainte déposée par l’association Anticor et, depuis le 19 décembre, la décision de la Cour de cassation qui permet au juge d’instruction Serge Tournaire d’enquêter sur les marchés con­clus par l’Elysée avec la société de Patrick Buisson – ce que le juge souhaitait depuis mars 2011…
Vu l’importance de Buisson dans le dispositif sarkozyste de reconquête du pouvoir, tenter de l’asphyxier fi­nancièrement tout en le discréditant – et, par là mê­me, affaiblir celui qui lui a fait con­fiance depuis 2005 et lui doit son élection en 2007 – est un évident coup de billard anti-Sarko. Sarko : 1, Hollande : 1.
Troisième front et certainement pas le dernier : les comptes de campa­gne du candidat Sarkozy. La CNCCFP (Commission nationale des comptes de campagne et du fi­nancement politique) vient de les re­jeter. Seuls ceux de Jacques Cheminade, en 1995, et de Bruno Mégret, en 2002, avaient subi pareil sort sur dé­cision du Conseil constitutionnel. Ins­tance suprême devant laquelle Nicolas Sarkozy va justement déposer un re­cours. Pour la CNCCFP, le candidat Nicolas Sarkozy a dépassé le plafond de dépenses autorisées, calcul établi après réintégration dans son compte de dé­penses effectuées avant qu’il ait déclaré sa candidature, le 15 février 2012. A ce compte-là, François Mitterrand, qui ne s’était dé­claré candidat à sa succession que le 22 mars 1988, soit un mois avant le premier tour de la présidentielle, au­rait dû voir son compte de campa­gne re­jeté… et sa réélection invalidée ! C’est aussi ce qui aurait dû arriver à Jacques Chirac, dont le compte de campagne, qui comportait des « ir­régularités », a été sciemment re­touché par le Conseil cons­titutionnel en 1995 afin que son élection puisse être prononcée ! Roland Dumas, à l’époque président du Conseil cons­titutionnel, en a fait l’aveu…
Il n’empêche que le score bascule : Sar­ko : 1 ; Hollande : 2. Avec l’espoir, à l’Elysée, que l’UMP, déjà fi­nancièrement exsangue, soit lestée de 11 millions d’euros supplémentaires de dettes. Et qu’une procédure finisse par entraîner l’inéligibilité de Nicolas Sarkozy et donc la victoire de Hollande par KO. Il n’y a pas ur­gence. Une inéligibilité d’un an prononcée en 2 016 suffirait tout à fait à son bonheur. Le feuilleton ne fait que commencer.   

C’est par twitter que j’ai eu connaissance de ce lien n’étant pas lecteur ni familier et encore moins sympathisant du magazine sulfureux. J’ai retranscrit le texte dans son intégralité car je n’y vois aucun extrémisme ni rien de fondamentalement fallacieux : Tout le monde sait que la politique de la terre brûlée menée par Hollande n’a aucune autre visée que d’affronter Marine Le Pen au second tour de l’élection présidentielle avec comme prérequis indispensable, l’élimination au premier tour du candidat incarnant la droite et le centre, le plus probable étant Nicolas Sarkozy.

Bien que j’ai quelques réticences intellectuelles avec l’article, je le trouve incontestablement moins stupide et superficiel que ce que les détracteurs de ce journal déblatèrent mécaniquement. J’en tiens pour illustration la réaction de pierre Chappaz au moment de l’affaire « léonarda » pour qui Hollande sellait son sors en plongeant la France fatalement dans le choix entre un Sarkozy revenant et une Marine Le Pen émergeant. La semaine qui vient de s’écouler abonde dans le sens de ceux, d’où qu’ils viennent, pensent que le président Hollande accorde plus d’importance à dézinguer son prédécesseur que de traiter les graves problèmes qui minent la France. Et c’est normal : Hollande a été élu sur une série de mensonges inouïes, par défaut car le favori s’est disqualifié tout seul, et qu’il était évident qu’une fois élu, il serait contraint de manger rapidement son chapeau…

Comme je le notais dans mon billet précédent, la Stasi n’est pas loin, Valls est un Bénito en puissance, mes proches commencent à comprendre pourquoi le soir du 6 mai 2012, je leur avais déclaré que le prochain combat politique/électoral serait pour défendre la liberté. Je ne suis pas médium. Je ne suis pas Nostradamus. Je ne suis pas polytechnicien ni énarque. C’est parce que c’était parfaitement évident que je l’avais vu.

Publicités

A propos Duff

Ingénieur consterné par le monde dans lequel il vit...
Cet article, publié dans Politique, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s