6 juin 1944 : Les faibles nuances entre messieurs Sarkozy et Hollande

Les commémorations du 70ème anniversaire du débarquement anglo-américain sur les plages normandes ont eu lieu. Je ne reviendrai pas sur le spectacle ridicule et mensonger qui s’y est tenu. Ce n’est pas la construction européenne qui a assuré la paix en Europe, au mieux elle l’a favorisé en réunissant autour de la table les différents protagonistes des guerres passées pour s’entendre sur des projets de coopérations concrètes. La vérité c’est que des milliers de GI’s étaient stationnés en Allemagne et qu’après l’explosion de la première bombe atomique française en 1960, l’affaire était entendue.

882hd

L’UE, l’euro, pas de doute c’est la paix.

Avec des discours aussi creux ressassant jusqu’à l’ennui toujours les mêmes clichés, on peut vraiment s’interroger sur la nécessité de ces grandes messes où toute la planète fait semblant de communier alors que derrière la façade sympathique des tensions de plus en plus palpables se font jour. Le président normal nous a déversé une bonne de dose de moraline bien gluante après toutefois un rappel certes convenu mais sacrément utile, surtout à la gauche française jamais avare de contradictions vis-à-vis du capitalisme et des Etats-Unis libérateurs de 1944. Seulement l’évocation des jeunes gens fauchés dès le 6 juin, des blessés et de ceux qui n’ont rendu les armes qu’en mai de l’année suivante en Allemagne, se prête-t-elle franchement à des pitreries appelant à combattre les inégalités et le réchauffement climatique ? J’attendais pour ma part une ode à la liberté, en refusant une paix séparée, Churchill savait que le monde ne serait jamais habitable avec la barbarie nazie à sa porte, il avait poursuivi vaille que vaille le combat en attendant les américains dont il savait qu’ils finiraient par le rejoindre, tôt ou tard agressés par un des alliés d’Hitler. Il dut attendre décembre 1941. En libérant l’Afrique du nord en  1943 au même moment ou les russes reprenait le dessus, l’issue de la guerre ne faisait plus aucun doute alors en débarquant en 1944, Roosevelt et Churchill entendaient peser en Europe car leur allié de circonstance les inquiétaient presqu’autant que leurs ennemis. Où se serait situé le rideau de fer s’ils n’étaient pas venus ? Les autrichiens doivent probablement plus se poser cette question tragique en voyant le sort de certains de leurs voisins et sachant que Vienne a été libérée par l’armée rouge… Nos bons socialistes anti-américains primaires ne reconnaîtront jamais cette évidence pas plus le fait que les communistes français sont venus grossir les rangs de la résistance qu’à partir de l’invasion allemande de la Russie. Hollande avait une occasion rêvée de rappeler que depuis 1989 et dans les mois qui ont suivis, ce fut aussi au tour des pays de l’est et la Russie elle-même de goûter aux joies de la liberté et de la démocratie rappelant ainsi à Poutine ses devoirs. Hélas aucun clin d’œil même subtil, notre président est hélas dépourvu de subtilité pour parler à ses troupes alors espérer quoi que ce soit à l’adresse de puissants étrangers…

Normal Ier nous ressert de la moraline suivi dans spectacle de gauche qui a visiblement consterné les grands de ce monde..

En 2009, Nicolas Sarkozy avait tenu un discours très similaire avec la citation d’Eisenhower  au sujet des camps de concentration : « Maintenant ils savent pourquoi on s’est battu ». Le maître mot aurait encore une fois « liberté ». Sarkozy version Gaino donne dans le pathos, mais son ton et ses intonations sont autrement plus efficaces que les tirades maladroites d’Hollande à la diction faisant penser à un dyslexique à peine guéri. Seulement Sarkozy lui aussi verse dans la moraline insupportable au lieu d’appeler à la liberté.

Les hommes changent, le ton aussi mais pas le fond.

La comparaison des discours de messieurs Hollande et Sarkozy est révélatrice de la dérive de la société française : Sur le fond c’est la même chose avec la soumission aux diktats ambiants mais une différence sur la forme : Sarkozy et son épaule nerveuse donne bel et bien l’impression de vouloir changer les choses, bien que parfois ça ne soit pas en bien, Hollande semble définitivement un homme de paille ballotté de toute part. On comprend mieux à la fois le rejet de Sarkozy qui peine à s’imposer et l’impasse dans laquelle Hollande a, dès sa campagne présidentielle, accepté de s’enfermer. Nous verrons bientôt, à en croire les commentateurs politiques, si Nicolas Sarkozy peut nous proposer une rupture 2.0 mais il est clair que l’enlisement final d’Hollande est aujourd’hui une réalité qui va rendre les 3 prochaines années de mandat intenables.

Mario Draghi

Super Mario fera « whatever it takes » : La fuite en avant se poursuit..

Tout se joue dès cet été : à la rentrée on votera le budget 2015 et les annonces récentes de la BCE ne plaident pas pour l’établissement d’un cycle de croissance. La gauche éclatée qui fait mine d’unité n’a pas compris le ravage économique qui guette la France en cas de non-réforme profonde, pas plus les soutiens sarkozystes qui imputent trop facilement le déclin de notre pays à la politique qui est menée depuis seulement deux ans. Au moment où les solutions populistes et national-socialistes sont en vogue, d’un large repli sur nous-mêmes alors qu’il faudrait réformer la France pour qu’elle profite de ses atouts dans la mondialisation, le retour de Sarkozy n’est pas inutile, mais alors qu’il nous dise franchement pour quelles raison et au prix de quelles réformes nous devrions garder l’euro et rester dans l’UE… Avec les difficultés qui s’amoncellent comme les nuages avant l’orage, dire la vérité n’a jamais paru aussi urgent.

Publicités

A propos Duff

Ingénieur consterné par le monde dans lequel il vit...
Cet article, publié dans Politique, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s