Nicolas Sarkozy sur TF1…

N’étant pas juriste et ne connaissant pas dans le détail profond ce qu’il est reproché à l’encontre de l’ancien chef de l’état, la seule analyse à chaud intéressante que je peux émettre ce soir après le visionnage de l’entretien qu’il a accordé porte sur la promesse chimérique formulée pieusement par les politiques de garantir l’indépendance de la justice. A chaque élection présidentielle, les  candidats de tous bords nous promettent que jamais ô grand jamais ils n’interfèreront dans les affaires judiciaires ni n’exerceront la moindre pression afin je cite « de garantir l’indépendance de la justice ».

Lorsqu’on observe depuis longtemps le tintamarre politique permanent, il arrive de ne plus s’interroger sur le sens des mots et considérer à tort, trop vite, que certaines expressions récurrentes n’ont valeur que de balises, des points de passage obligés. Grave erreur, faiblesse intellectuelle, à chaque élection présidentielle, les impétrants selon la formule de l’ombrageux Montebourg, nous rappellent en toute décontraction que des pressions politiques sont constantes sur la Justice. Depuis l’affaire aujourd’hui insignifiante des diamants de Bokassa, tous les présidents ont été inquiétés par la justice et pire, Mitterrand est passé à travers les gouttes malgré une ahurissante accumulation de faits accréditant l’idée de la dérive monarchique du pouvoir rendue possible par des institutions qui en visant la stabilité ont permis à des présidents élus d’accéder au titre de monarques républicains. L’économie étant un autre sujet majeur, une autre balise contre laquelle je me bats est l’impérieuse nécessité que notre pays aurait besoin de se doter d’un « protectionnisme intelligent » comme si les thuriféraires du protectionnisme savaient au fond d’eux que la protection aveugle ainsi accordée du fait du prince relevait de l’immoralité tout autant du risque de corruption…

taubira-independance-cabu

Le premier sur la gauche (!) est un membre connu du SM… Syndicat bien nommé!

Cette insistance à nous vendre une république irréprochable avec une justice indépendante de la part de nos chers politiques démontre que non, la justice n’est pas aux ordres. Sans rentrer dans le détail, il est manifeste que le traitement auquel a droit l’ancien président est scandaleux quoiqu’on pense de Nicolas Sarkozy : Calomniez, Calomniez, il en restera toujours quelque chose. Seulement deux choses m’ont gêné dans la défense légitime de Nicolas Sarkozy ce soir : Primo ces intonations, sa gestuelle, ses mimiques m’ont rappelé furieusement celles de Jacques Chirac sur les affaires « Abracadabrantesques », une affaire d’enregistrements, déjà, ceux de Méry et sa cassette de mémoire. Ensuite pour un ancien chef de l’état, lui fallait-il prendre à témoin l’opinion, je pense que oui. Il n’a plus que cela pour réveiller les consciences. Mais sur un ton très politique, en mentionnant que deux ministres de la République en poste, dont le premier d’entre eux maintenant, avaient ouvertement menti à tous, n’est-il pas allé trop loin? Là je suis plus circonspect. Ses bureaux rue de Miromesnil sont toujours payés par le contribuable à ce jour!

Sur le fond, Nicolas Sarkozy n’a pas avancé les raisons profondes qui expliquent qu’on en soit arrivé là. Peut-être n’est-ce pas encore le moment venu puisqu’il semble se projeter politiquement dans l’avenir mais c’est pourtant la question essentielle pour esquisser une France enfin débarrassée de toutes ces suspicions orientées. Le statut de la fonction publique est né de l’idée que les fonctionnaire exerçant des activités régaliennes de l’état devaient être incorruptibles et qu’un état fort signifiait que la justice assurait l’égalité, la police la sécurité intérieure et l’armée la sécurité extérieure alliée à une diplomatie pour orchestrer l’entente entre le pays et ses voisins. Dès lors que le rôle de l’état s’est perdu dans des missions de plus en plus vastes et désordonnées, intervenant dans tout, les monarques républicains ont cru à grand renfort de médias qu’ils étaient légitimes à interférer dans les moindres détails de nos vies. Non seulement l’inefficacité économique de cette démarche nous saute cruellement aux yeux désormais, mais en plus, les lois de programmation militaire sensées apporter joie et bonheur et accessoirement sécurité nous ont appris que sous couvert de lutte contre le vilain terrorisme, de part et d’autre de l’atlantique, l’état de droit recule au profit du fait du prince. Snowden a tout révélé, au lieu de l’accueillir, on a préféré interdire l’espace aérien à Evo Morales par précaution, le bolivien était suspecté quelques minutes de l’abriter…

Autre temps, autres meurs. Rien d’étonnant à ce que la déliquescence économique de la France s’accompagne de celle de ses élites.

Sarkozy arrosé, arroseur arrosé ? C’est ce qui est arrivé à un jeune manifestant contre le mariage pour tous. Refuser de donner ses empreintes et c’est de la prison ferme. Il n’avait rien fait au regard de l’impunité insolente dont jouisse les prostituées ukrainiennes donneuses de leçon que la gauche abrite avec une empathie malsaine. Hervé Mariton l’a soutenu alors qu’il avait probablement voté pour la loi sécuritaire scélérate de droite qui autorisait le fichage en règle au nom de la sacrosainte sécurité… Ce qui arrive à Nicolas Sarkozy n’est pas le fruit du hasard. Jean-Pierre Elkabbach y voit la revanche des petits pois, j’y vois surtout l’émergence de l’arbitraire au détriment de l’état de droit au fur et à mesure que la conduite étatique de la France progresse et s’ingère dans toutes les vies, de l’économie à la sécurité, nous ne sommes plus gouvernés par des serviteurs de l’état comme ils disaient, c’est-à-dire d’une haute idée de l’intérêt général mais par des carriéristes qui veulent mettre l’état à leur service au même moment ou les français deviennent des cerfs de leur état. D’où l’état dans l’état. Dans ces conditions, trouve-t-on toujours aussi incongru que les juges aux USA soient élus ?

Publicités

A propos Duff

Ingénieur consterné par le monde dans lequel il vit...
Cet article, publié dans Politique, est tagué , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Nicolas Sarkozy sur TF1…

  1. pas vu l’interview de Sarko hier mais excellente analyse de la dérive de l’Etat dont Sarko est manifestement une victime collatérale !

    • Duff dit :

      Une victime consentante si ce n’est responsable. Mais les militants UMP ne veulent pas le voir ni l’accepter. C’est tout le blocage actuel au renouveau de la politique pourtant évidemment nécessaire compte tenu des impératifs depuis 2012…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s