La semaine du Duff : UMP 2.0 ou 0.0 ? Des paroles et des actes mais surtout du fascisme.

Voilà c’est fait. Nicolas Sarkozy est le nouveau chef officiel de la droite française qui traditionnellement ne sait plus où elle habite et quelle est son ADN dès lors qu’elle n’a plus de chef. Cette incapacité à travailler ensemble, cette guerre des égos, pas si fratricide que cela compte tenu de la diversité des opinions, voilà qui révèle bien la nature bonapartiste de l’UMP et même bien pire ! Ce « grand » mouvement de « la droite et du centre » est un patchwork raté de la fusion du RPR et de l’UDF. Pour combattre soi-disant la corruption, on a strictement encadré le financement privé des partis : Non seulement les affaires en cours ou toutes celles postérieures à ces lois démontrent l’inanité de cette réglementation mais les forces gravitationnelles ont fait en sorte que le RPR et l’UDF alliées jusque-là, fusionnent ajoutant aux querelles d’égo des jeux politiques d’une bassesse immonde vis-à-vis de l’intérêt général tuant le débat d’idées.

2612MET_001.indd

L’obs est usé par sûr qu’il survive seulement en critiquant son meilleur ennemi surtout s’il est vraiment usé…

Jusqu’au référendum de Maastricht le RPR prônait une politique gaulliste, c’est-à-dire non-alignée et affirmant que le génie français n’avait pas à se soumettre à la seule superpuissance encore debout en 1992, c’est-à-dire les USA sans tomber dans un anti-américanisme primaire souvent motivé en France par un anticapitalisme comme le professait Jean-François Revel. Le RPR avait comme le Général une fâcheuse tendance à réclamer un chef, une organisation jacobine centralisée du pays mais cette vision semblait à peu près contrebalancer un libéralisme mal compris débouchant sur du capitalisme de connivence rapidement adopté par les socialistes qui firent sans le dire et sans assumer et sans tout prendre du Bad-Godesberg social-démocrate allemand, lorsqu’en 1983 ils opérèrent  virage de la rigueur. De Gaulle payait ses factures d’électricité à l’Elysée, on pouvait confier sa destinée à un homme aussi respectueux du bien publique. Hélas ses institutions ne survécurent pas au progressif affaissement intellectuel et moral de ses successeurs. L’UDF se devait d’être libérale et fédéraliste sur le plan européen, l’UMP n’a retenu que le médiocre des deux anciens partis politiques : Etatisme et dirigisme du RPR et le fédéralisme européen aveugle de l’UDF.

 denialno comment.

La composition des équipes dirigeantes de l’UMP mise en place par Nicolas Sarkozy tente une énième fois cette synthèse impossible en la personne de NKM et de Laurent Wauquiez. La première, toute auréolée d’une brillante défaite aux municipales à Paris est l’incarnation suprême de la soumission au politiquement correct des élites politiques notamment à droite puisqu’elle vient du RPR bien qu’elle ne soit qu’une créature de Jacques Chirac donc figurerait bien chez les radicaux socialistes. Le second vient paradoxalement de l’UDF repéré par Jacques Barrot, décédé cette semaine. Wauquiez est très critique sur la construction européenne et  sa dénonciation du « cancer de l’assistanat » ne font pas pourtant pas de lui une grande figure libérale. Clashé d’entrée par NKM officiellement numéro 2 du mouvement alors que concrètement c’est Wauquier le secrétaire général qui sera numéro 2 et non numéro 3, Wauquiez incarne bien plus les aspirations de l’électorat de droite : Réhabilitation du travail et défense de la civilisation française. Encore une fois Nicolas Sarkozy tente d’allier la chèvre et le chou. Soit une clarification s’opérera parce que Wauquiez prendra le dessus, ce qui est probable, soit de cette synthèse impossible naîtra un concessus mou incapable d’impulser l’élan nécessaire à la transformation du pays que Fillon jugeait à juste titre comme nécessairement brutale au départ. Sarkozy ne semble pas avoir encore tranché mais sa volonté de rassembler plus que de convaincre sur une ligne claire n’augure rien de bon.

 nkm1NKM incarne magnifiquement le socialisme de droite.. Doit-on changer pour elle? Non. Changera-t-elle pour nous? On peut en douter!

Jeudi soir sur France 2 David Poujadas, Pujadas pardon, avait convié la fine fleur antilibérale française : Le frondeur Hamon, très fier de sa loi scélérate sur les sessions d’entreprises, Duflot la Staline verte très fière elle aussi des dégâts irréversibles qu’elle a causé au secteur du bâtiment en enfin Jean-Luc Mélenchon le marxiste d’opérette lui aussi à tendance verdoyante. Une superbe brochette d’imbéciles qui croient que si une politique de gauche ne marche pas c’est qu’elle n’était pas assez à gauche : Confions-leur notre destin, ils détruiraient la France encore plus vite que ceux qu’ils condamnent à gauche ! Franchement il ne manquait plus qu’un représentant du Front National au milieu de tout cela pour avoir la photo de famille du fascisme à la française. Et constater surtout qu’en dehors du sujet de l’immigration qui constitue une clientèle électorale de choix pour la gauche et ses discours empreints de jalousie, ils sont d’accords sur tout : C’est la faute des autres et surtout des gens qui bossent et réussissent… Pauvre France.

 unnamedLe social-libéralisme. Ou presque. Ou pas du tout en fait.

Ces événements de la semaine confirment spectaculairement mon intuition de 2012 et qui m’a poussé à ouvrir ce blog : La crise que nous subissons exige une refondation profonde de nos modèles sociaux qui avec le ralentissement démographique, l’accélération de la mondialisation et l’excès de protection sociale vis-à-vis de la richesse effectivement créée ont conduit à un endettement publique et privé largement excessif. Face à ce constat qui n’est malheureusement pas partagé par toute la classe politique parce que conseillée par de nombreux profiteurs de ce système, la réponse politique tarde à s’éclaircir tandis que la France vacille et menace de s’effondrer. J’avais dès la fin de l’ère Sarkozy la certitude que le prochain choix majeur offert aux français serait le choix entre la liberté ou la servitude collectiviste. Nous y voilà : Pétrie de certitude et de morale à étaler sur tous les médias, la gauche antilibérale affirme que son échec au pouvoir découle de sa timidité à appliquer le socialisme intégral qui a pourtant échoué partout en tous temps, dans le même temps son premier opposant auto désigné, le Front National, égrène des propositions tout aussi antilibérales de nature à causer les mêmes damages. Après 10 ans de pouvoir de droite et du centre, la leçon ne semble pas retenue : Toujours plus d’Europe et réformettes insignifiantes pour conserver en place l’essentiel des « acquis » du conseil national de la résistance pourtant largement inspiré par les communistes. En 2017 et dans les mois qui vont suivre, la France n’aura plus le choix. Un pays, une civilisation, c’est comme les hommes : ça peut mourir. La France a des atouts gaspillés mais son endettement, son régime politique et la nullité affligeante de ses élites aveuglées ou corrompues peuvent la tuer.

 

Publicités

A propos Duff

Ingénieur consterné par le monde dans lequel il vit...
Cet article, publié dans Politique, est tagué , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour La semaine du Duff : UMP 2.0 ou 0.0 ? Des paroles et des actes mais surtout du fascisme.

  1. The Spanking Brooklynite dit :

    Petite parenthese pour te remercier. Ton blog est excellentissime, bon travail.

  2. zelectron dit :

    TOUT DANS L’ÉTAT, RIEN CONTRE L’ÉTAT, RIEN HORS DE L’ÉTAT Mussolini
    le socialo-fascisme à la française nous entraine vers le gouffre !

  3. zelectron dit :

    LA FRANCE VIENT DE SE HISSER AU DEUXIÈME RANG DES PAYS OÙ LA PRESSION FISCALE EST LA PLUS ÉLEVÉE AU MONDE : ça c’est un palmarès qui rend fiers les socialistes et la gauche dans son ensemble, les richesses sont captées par l’état et redistribuées à ceux qui ont leur carte du parti ou sympathisants, et surtout pas les autres (ils donnent d’une main avec moult publicité et retirent de l’autre, sans) ils sont en train de finir de nous couler, bravo les charognards de la France !

    • Duff dit :

      Avec bientôt 60% de dépenses publiques dans le PIB et une dette qui s’accroît et un déficit budgétaire qui ne se résorbe pas, ce n’est pas près de changer. Ce qui me gène le plus ce sont les 32% de PIB redistribués aveuglement ou de manière clientéliste qui appauvrit les créateurs de richesses. Par amour de leur magnifique pays les français ont endurés et acceptés ce vol, ce viol collectif trop longtemps mais on sent que ça craque de partout. Quelque chose va se produire espérons que ce soit en mieux car tout est possible dans ces conditions.

  4. zelectron dit :

    On ne peut pas dire que ce gouvernement ait tout raté ! c’est même le contraire il a réussi à sauvegarder intact les effectifs de fonctionnaires et même à les augmenter subrepticement toutes proportions étant égales par ailleurs.
    Les payeurs ? Nous et les masses laborieuses qui travaillent, s’échinent, qui suent sang et eau, ceux des petites et moyennes structures, sans garanties de l’emploi aucunes, sans indemnités de licenciement, sans parachutes dorés, sans passages aux échelons supérieurs avec retraites améliorées de plusieurs centaines d’€uros, sans comités d’entreprises, sans jours de carences, sans treizièmes ou quatorzièmes mois et sans primes de quoi que ce soit, avec 28 heures de présence hebdomadaires avec cafétarias et poses cigarettes incuses dans le temps « d’assiduité » au dur labeur, avec jours de congés payés non décomptés . . . Lorsque seront venus les temps du changement de gouvernement, ces surnuméraires , agents de l’État et autres affidés sauront marcher dans les rues avec banderoles, revendications et moult imprécations exigeant tout et son contraire du genre augmentations de salaires avec déclenchements de grèves à l’appui . . .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s