L’OFCE et tous les marxistes et ultra-keynésiens vont être contents : La BCE lance son QE ! La fuite devant le réel.

C’est enfin officiel, Draghi a annoncé comme prévu aujourd’hui que la BCE allait se lancer dans un programme de rachat d’achat d’actifs souverains ouvrant une nouvelle étape dans ses procédures d’intervention face à la crise. La nouvelle n’a en fait surpris personne : Les cours des bourses européennes se sont bien tenus depuis la fin de l’année 2014 malgré un amoncèlement inquiétant de cygnes noirs puis ce fut au tour de la Banque Nationale Suisse de laisser tomber ses achats d’euros pour maintenir une parité quasiment fixe et enfin lundi, notre cher président de l’unité nationale retrouvée a vendu la mèche accidentellement (délit d’initié en passant).

La grande question : Draghi agit-il pour ses amis ou pour les états les plus en difficultés. Ou alors est-ce que ses grands amis ne travaillent-ils pas au service des états endettés. Ou alors ne travaille-t-il pour les états endettés que ses amis conseillent???

La grande question : Draghi agit-il pour ses amis ou pour les états les plus en difficultés. Ou alors est-ce que ses grands amis ne travaillent-ils pas au service des états endettés. Ou alors ne travaille-t-il pour les états endettés que ses amis conseillent???

La crise des subprimes qui planait dès l’été 2007 a déclenché une crise financière puis économique gravissime en 2008 : Voilà donc 7 ans. 7 ans, c’est un peu long pour une crise tandis qu’en zone euro, on ne voit franchement pas la couleur d’une reprise. Pire, les pays de la zone ont été diversement touchés, encore pire, certains se portent très bien après un creux d’une ampleur habituelle pour une crise et un redémarrage tout aussi habituel. Mais à quelle crise un vaste plan d’émission monétaire pourrait-il donc juguler ? La caractéristique principale des économies occidentales c’est leur surendettement privé et publique, situation demeurée inchangée depuis 7 ans voire dégradée depuis le départ. Les USA et leurs QE sont à mettre à part à cause du statut particulier du dollar dans le monde et de la formidable dynamique interne faite de concurrence fiscale, de la position nouvelle d’exportateur de produits pétroliers et de son gigantesque marché, très liquide sur le front de l’emploi. Monsieur Obama n’a rien fait pour encourager la croissance – très mollassonne si on y regarde de plus près – ni pour désendetter le pays : Il l’a payé aux élections de mid-term mais la démocratie américaine l’a en grande parti empêché d’augmenter la fiscalité autant qu’un socialiste européen ne serait pas privé de le faire. En cas de remontée des taux directeurs de la FED, les capitaux s’investiront aux USA et plus rien ne bougera d’ici la prise de fonction de la prochaine administration début 2017. Au Japon, les 3 flèches de Monsieur Abé ont conduit à la BOJ à un programme de planche à billet jamais vu avec le résultat triplement consternant d’une inefficacité manifeste pour redresser l’économie,  du report des réformes structurelles à la saint Glinglin et enfin la reconduction dans un fauteuil de Monsieur Abé lors des législatives anticipées. En clair, les japonais ont pris la décision bien qu’agenouillés dans le cercueil, de démocratiquement décider de s’allonger dedans complètement. Si l’Europe suit un vieillissement et une trajectoire économique similaire aux japonais, voilà un bien cruel avertissement… En Angleterre, la BOE est bien intervenue mais David Cameron héritant de la situation cataclysmique laissée le travailliste Gordon Brown a lancé un vaste programme de réformes courageuses qui porte ses fruits, nul doute qu’en plus de nous passer à nouveau devant en matière de PIB, à ce rythme le déficit budgétaire anglais va se résorber à une vitesse qui devrait provoquer une crise cardiaque à ce clown de Michel Sapin.

 

Et puisque la FED croit pouvoir réduire le chômage avec du print, moi, je vous fais même venir de la croissance! MAGIE!

Et puisque la FED croit pouvoir réduire le chômage avec du print, moi, je vous fais même venir de la croissance! MAGIE!

La BCE déclare entrer en piste en mars, ceci 3 jours avant les élections générales en Grèce où le parti socialiste du feu Papandréou pointe dans les sondages à 4.4% soit un peu moins que les nazis d’Aube Dorée. Le parti de Samaras résiste mais Syriza de Tsipras est donné vainqueur mais pour former une coalition : Ce pays est mort car ajouter de l’instabilité politique à la faillite n’augure rien de bon. Les propos de Merkel laissent penser que le GREXIT n’est plus une spéculation hautement risquée. En Italie, en revanche la situation est plus délicate à décrypter, le pays dégage un excédent primaire mais la charge de la dette a plongé le pays dans une trappe à dette ponctionnant trop fortement sur l’économie du pays pour qu’il puisse espérer un quelconque retour à la croissance. L’économiste Christian Saint-Etienne, ordinairement modéré dans ses propos, élu UDI, a même lâché hier que Draghi venait au secours de son pays. Le souci c’est que les taux d’emprunts sont déjà anormalement bas. Que les taux directeurs de la BCE sont presque à 0. Si dans ces conditions des pays ont encore des problèmes de refinancement de leur dette, le QE va-t-il améliorer les choses ? Techniquement on verra l’application concrète : Draghi a énoncé des règles tombées du ciel pour faire croire qu’un ordinateur surpuissant lui aurait indiqué avec une certitude divine quoi acheter, qui, et dans quelle proportion. Je pense que les esprits scandaleusement fermés par leur rigorisme à la Buba ont dû été sacrément rassurés.

Tsipras veut nous chyprer encore? Appelle RTL pour la valise mon gars. Et casse-toi. Tu vas prendre un doigt.

Tsipras veut nous chyprer encore? Appelle RTL pour la valise mon gars. Et casse-toi. Tu vas prendre un doigt.

La déflation est le mal absolu de l’homme politique qui rêve de voler ses concitoyens par l’impôt silencieux de l’inflation, or le boom déflationniste est de loin la situation la meilleure qui élève le niveau de vie de toute la population y compris des couches les moins aisées. La déflation salariale, l’augmentation suicidaire des prélèvements obligatoires opérée par les pays socialistes dont les ultra-socialistes accusent d’une sanglante austérité était la pire réponse pour échapper à la dépression, à la spirale déflationniste qui voit se contracter en même temps la production, la consommation et les prix. Si la réduction du déficit budgétaire s’était concentrée sur l’efficacité de la dépense publique, de libéraliser des monopoles publiques scandaleux, d’introduire des mécanismes de prix dans le système de santé, de rétablir une réelle équité dans le calucl des pensions de retraites et enfin de stopper les investissements publiques non rentables nous n’en serions pas là. Des marges de manœuvres auraient pu être mises à disposition des entrepreneurs (par opposition aux grandes entreprises pratiquant de toute manière l’optimisation fiscale) sans les subventionner sur le dos des ménages comme en Allemagne, ou via le concept abscons de TVA sociale ou anti-délocalisation qui n’était qu’un énième avatar nostalgique à peine modernisé du mercantilisme. La France fait encore pire avec le magique CICE : Subventionner les grandes entreprises à faible valeur ajoutée via une usine à gaz bureaucratique sur le dos des ménages… Alors maintenant, en arrosant le désert, j’ai du mal à croire que la BCE arrivera avec ses petits bras musclés et ses euros tout juste sortis de la photocopieuse humectant la douce odeur de l’argent à endiguer la déflation à certains endroits et donner envie aux agents économiques de se dire : On y va toutes les conditions sont réunis pour investir, repartir de l’avant et d’aller chercher la croissance avec les dents…

La trappe à dette expliquée en quelques secondes.

On peut juste dire ce soir que le marché n’existe plus et n’en déplaise à nos amis ultra-keynésiens et marxistes qui voulaient ce QE, cette triste disparition va invalider toutes leurs théories foireuses. Non, ce QE ne va rien résoudre, on gagne du temps mais on s’éloigne de la solution. Le socialisme européen vient de gagner quelques années de sursis si le programme se met bien en place. Et puis comme il ne marchera pas et générera des inégalités, des tensions surviendront quand même in fine. Face à leur échec concret : Les thuriféraires du QE diront que Draghi n’est pas allé assez loin et que la représentante du seul grand pays de la zone euro à peu près correctement géré a freiné le bel élan : Il faudra aller plus loin. Au bout du chemin, la démocratie aura disparu, mais quelques voix interdite de médias (allez savoir pourquoi…) vous avez prévenu. L’euro était une folie. Le considérer comme bancal mais rattrapable est une idée également porteuse de folies futures. Je ne crois pas qu’on puisse trouver une alchimie complexe pour faire marcher ce bazar qui puisse être démocratique, transparente et validée clairement par référendum par les peuples. Tout le monde s’est assis sur les critères de Maastricht… Ce n’est pas parce que le FN est le seul parti politique à avoir eu l’intuition très tôt que l’euro conduirait à l’autodestruction qu’il faut discréditer cette idée ou voter FN : On le voit dans l’actualité récente. Encadrer l’immigration et se poser des questions essentielles sur notre modèle d’intégration et de redistribution aveugle a été interdit par la gauche et la « droite » n’osait plus investir ces champs laissés en jachère à l’extrême droite, diabolisée par les petites phrases ignobles balancées de manière récurrente par ses dirigeants. La liberté soi-disant insufflée par le « je suis Charlie » a fait long-feu parce qu’en réalité l’idéologie dominante tire ses dernières cartouches, le QE n’en est que l’expression économique : Une fuite en avant pour échapper au réel, pour échapper aux jugements d’une multitude d’acteurs spécialisés, compétents-eux et rationnels.

L'euro va tuer l'idée d'union européenne et de ses quelques bienfaits.

L’euro va tuer l’idée d’union européenne et de ses quelques bienfaits.

Publicités

A propos Duff

Ingénieur consterné par le monde dans lequel il vit...
Cet article, publié dans Eco, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour L’OFCE et tous les marxistes et ultra-keynésiens vont être contents : La BCE lance son QE ! La fuite devant le réel.

  1. zelectron dit :

    Fabriquer de la fausse-vraie monnaie pour arroser les banques qui distribueront aux petits copains n’est pas d’une intelligence stratosphérique !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s