Tout doux avec le Doubs

Les enseignements de la législative partielle dans le Doubs tirés par nos très chers médias sont tous allés dans le même sens, parfaitement prévisible. La France suit lentement mais surement le long chemin de la servitude dont le parcours fut plus bref pour des états encore plus corrompus, désorganisés voués à une classe politique à peine plus démagogique qu’ici comme en Grèce. Avant d’élire un type jeune promettant de renverser la table, les grecs ont dû attendre de toucher le fond du tonneau des Danaïdes. Il arrivera le même sort à notre pays, des initiatives civiles ont beau se monter, l’UMP et le PS verrouillent tout le système forçant les électeurs qui se déplacent encore aux urnes de se rabattre sur le FN : Sa victoire en 2022 voire dès 2017 n’est plus une hypothèse farfelue.

Pas besoin de me fouler. Si mes adversaires sont nuls, je n'ai pas besoin de le prouver juste d'apparaître moins nulle. ce que je n'arrive pas à faire mais au fond le temps travaille pour moi.

Pas besoin de me fouler. Si mes adversaires sont nuls, je n’ai pas besoin de le prouver juste d’apparaître moins nulle. ce que je n’arrive pas à faire mais au fond le temps travaille pour moi. Même pas besoin d’aller chez le dentiste!

Nos médias ont donc le soir du premier tour affirmé qu’il s’agissait d’une déroute pour l’UMP et qu’il n’y avait certainement aucun hasard au fait que pour la première fois depuis que Nicolas Sarkozy avait repris les rênes du parti le duel au second tour ne mettait pas l’UMP aux prises avec le FN. Oui enfin, comme pour les législatives partielles précédentes, l’abstention a battu des records et à ce petit jeu, la candidate FN est celle qui a perdu le moins de voix en % devant le candidat UMP par rapport à l’élection présidentielle. Cette circonscription concentrant un maximum de quartiers communautarisés mangeant dans la main de ses bienfaiteurs socialistes afin qu’un célèbre oligarque du PS, de la trempe de Pierre Moscovici ne puisse jamais être mis en ballotage hasardeux, a tout de même vu le score du PS s’effondrer et de ne devoir sa présence au second tour au détriment de l’UMP que de fort peu de voix… Il est également à noter qu’aucun des candidats n’ont atteint la barre des 12.5% d’inscrits qui permet à un candidat de se maintenir au second tour : Dans ces conditions seuls les deux premiers ont gagné le droit de s’affronter là une triangulaire se serait produite en cas de participation plus élevée ce qui aurait naturellement conduit la candidate FN à remporter le scrutin…

Hollande super champion des enquêtes après le 11 janvier 2015 : Ha parce que tous nos services de renseignements et notre justice ont parfaitement fonctionné jusque là??

Hollande super champion des enquêtes après le 11 janvier 2015 : Ha parce que tous nos services de renseignements et notre justice ont parfaitement fonctionné jusque là??

Analysons bien les données : En 2012 l’abstention est de 40% au deux tours alors qu’en 2015 elle passe de 60 à 50%. Le candidat UMP fait au premier tour un score en pourcentage supérieur à celui qu’il réalise au second tour lors de la triangulaire de 2012… La candidate FN explose son score au second tour mais au premier ne recueille pas autant de voix qu’au second tour de la triangulaire de 2012. Regardez bien les chiffres et méditez-les. Après la victoire de François Hollande en mai 2012, je n’ai pas pris part au vote des législatives, étant au soleil à quelques milliers de kilomètres de la France et me désintéressant de la situation du pays. Je n’ai certainement pas été le seul à ne pas croire une seconde à accorder mon suffrage à l’UMP décapitée et tributaire d’un bilan effarant après 10 ans de pouvoir suprême. Méditez ces chiffres. Ne chipotez pas ils parlent d’eux-mêmes : Cette victoire à la Pyrrhus du PS n’est pas un miracle car il s’explique : L’UMP n’a pas percé dans une terre qui lui est hostile dans un contexte médiatique délirant qui nous vendait une embellie spectaculaire de la popularité de l’exécutif qui retombe déjà comme un soufflet. Sur les terres de Cahuzac, le PS à peine éliminé au premier tour (de peu) qui opposait au second tour l’UMP et le FN dans un mouchoir de poche, les caméras de TV sont immédiatement reparties pour filmer le soleil, la pluie, les fesses de Nabilla et autres niaiseries habituelles tandis que Valls, Cazeneuve et cie multipliaient les déplacements dans le Doubs accompagnés de toute la presse aux ordres. N’oubliez jamais que le joli front républicain exigé par nos maîtres socialistes et adoubé par la droite socialiste soumise aux oukases des bien-pensants parisiens, des tenants du vivre-ensemble© tels NKM ou Alain Juppé prompts à voter PS, on ne l’a pas vu se dessiner dans le Vaucluse tandis que la petite fille du Diable Le Pen accédait au palais Bourbon. Au terme d’une triangulaire remportée face au candidat UMP grâce au maintien au second tour d’une candidate PS pourtant arrivée troisième au premier, le FN est rentré à l’assemblée grâce au PS et son refus de se ranger derrière l’UMP ne considérant pas que ses intérêts étaient menacés comme dimanche dernier… Pour être honnête notons aussi que l’élection de l’iconoclaste avocat Gilbert Collard fut rendue permise aussi par le maintien d’un candidat UMP arrivé troisième sans que les télévisions ne se mobilisent.

On fait fausse route depuis 30 ans au moins. Le Maire a tout de l’apparatchik installé mais il au moins le mérite de dire que s’il faut plus d’état fort sur les missions régaliennes cela ne peut que s’accompagner d’une refonte des missions de l’état et donc fatalement par un moindre engagement sur d’autres missions. Question d’arbitrage. 

J’aimerais être optimiste comme les tristes sires de BFM Business qui se réjouissent des relèvements de prévisions de croissance : Non seulement je n’y crois pas (falsifications des taux d’intérêts par les banques centrales et taux de change garantissant une mauvaise allocation du capital) mais même à 1.5% de croissance en 2015 en France, le chômage peut au mieux se stabiliser et non pas décroître. L’embellie temporaire, factice et gonflée par les médias aux ordres des popularités de Valls et Hollande se dégonflent déjà et fort logiquement. Comme en Grèce, ces petits jeux politiques dans un contexte pourri, foncièrement pourri, finiront par faire le jeu du principal parti antisystème : Le FN. Exit les initiatives saines et salvatrices de la société civile, en laissant la place à Jean-Marie Cavada, Denis Payre a hélas prouvé que son impatience d’entrepreneur n’était pas bonne conseillère en politique. La vraie leçon du week-end ce n’est pas de savoir si oui ou non Nicolas Sarkozy sera un boulet pour l’UMP ou celui qui la relancera, non. La seule leçon évidente fait très mal parce que trop peu de français la comprenne encore clairement : Le socialisme se nourrit du FN. Avec son programme nationaliste et en même temps socialiste, le FN assure deux choses grâce à l’héritage des 10 ans de pouvoir UMP :

  1. La complaisance des médias assure la victoire des socialistes sur la droite sur des territoires qui reprochent au parti de droite d’être une fausse droite soumise aux diktats parisiens
  2. La destruction de la France via le projet égalitariste mâtiné de marxisme des socialistes détruit la France faisant monter le communautarisme et donc également le repli sur soi favorisant le nationalisme

Disons-le tout net : L’UMP a un bilan catastrophique qui va probablement la discréditer lors de la promotion de réformes ambitieuses et indispensables tel un Antonis Samaras. En face, au PS, on rêve d’affronter un FN, toujours considéré par la gauche comme un mauvais génie d’extrême droite facile à battre sans mouiller la chemise et renouveler les arguments. Le populisme de Syriza arrivé au pouvoir n’est pas un accident de l’histoire. Le FN est une création des socialistes qui leur permet de battre la droite localement avec des complicités odieuses de plus en plus visibles mais c’est surtout devenu son miroir : Un autre socialisme qui s’attache à répondre aux attentes des classes délaissées selon la vision marxiste abandonnée par les socialistes au profit du capitalisme de connivence, la façon inavouée des socialistes officiels d’acceptation (partielle) du marché de l’offre et de la demande. La situation de la France est malheureusement claire : Face aux socialistes officiels qui tirent les ficelles bien que conduisant le pays à la faillite, l’opposition tiraillée par ces ficelles est atone face à une mutation nationaliste du socialisme plus populiste et démagogique qui progresse et risque de rafler la mise tôt ou tard.

Publicités

A propos Duff

Ingénieur consterné par le monde dans lequel il vit...
Cet article, publié dans Politique, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Tout doux avec le Doubs

  1. zelectron dit :

    en votant FN la droite aurait pu commencé à faire basculer la majorité à l’assemblée nationale dans le but de faire « sauter » le gouvernement ou provoquer des élections anticipées (même au prix de quelques députés FN supplémentaires provisoires) Ça s’appelle de la stratégie politique, mais là les électeurs ne voient pas plus loin que le bout de leur nez ! Ultérieurement la droite reprenait ses voix . . . et le (bon) tour était joué : pas de cadeau au socialo-fascisme ! ! !
    Quant au FN il va finir par se désagréger du fait de bon nombre de ses prises de positions abscons (la quasi-totalité?). En espérant que la base soit capable de comprendre cette stratégie qui ne l’engage à rien dans la mesure où chacun est propriétaire de sa propre voix.

    • Duff dit :

      Oui et non : Avec un programme encore plus incohérent que celui de ses adversaires, le FN progresse en % et non en voix : Le FN profite de l’explosion en plein vol de l’UMP et du PS. Je note juste que dans un système qui favorise le bipartisme qui se retrouve avec 3 partis dont aucun ne satisfait une majorité de français, 20% pour chacun à tout péter, il y a un risque de chaos.

      La seule solution serait d’assouplir les institutions pour revenir au peuple aussi souvent que possible : Référendums, démocratie directe, référendums d’initiative populaire mais qui impose un accord aux 2/3 des parlementaires réunis en congrès pour en plus accepter d’accorder plus de pouvoirs au peuple et moins aux élus (même si ceux ci le sont en recueillant moins de 30% des votes des inscrits!! Hallucinant pour une démocratie dite représentative en plus totalement verrouillée par des partis ploutocratiques).

      L’explosion de l’UMP et du PS ne peut conduire selon moi qu’au chaos puisque largement plus de 50% des électeurs sont hostiles (et pour cause!) au FN. L’histoire de notre pays montre que les français ne se laissent jamais séduire au fur et à mesure et préfèrent s’abandonner totalement au défaitisme Pétainiste et au bout de 4 ans au panache Gaulliste sans trahir ses convictions communistes… Rien de cohérent donc.

      La France est un agglomérat d’intérêt et de vues politiques incohérents et irréconciliables donc je ne parierai pas sur une sortie de crise sans un bouleversement majeur qui reste à définir. C’est d’ailleurs cette intuition qui m’a poussé à alimenter un blog : Me demander si je suis pessimiste ou croyant qu’une solution in extremis est encore possible est sans objet.

      Cdlt

  2. zelectron dit :

    lire: la droite et le centre

  3. francoiscarmignola dit :

    Bon j’y vais carrément: si vous avez encore un brin de logique et de volonté effective, vous devez vous ranger dans le seul camp qui vaille: celui de Fillon. Lucide, critique des uns et des autres, il est porteur de la seule capacité d’action raisonnable en ces temps troublés.
    Franchement se lamenter sur le pauvre sort de notre beau pays, alors qu’il y a un point de vue positif, calmement exprimé et qui n’est dupe de rien, c’est une attitude inutile. A moins que cela ne soit ce que vous voulez dire.
    Je sais bien: Fillon ne sortira pas de l’Euro, mais vous n’y croyez pas vous même; par contre il pourrait le faire marcher. La deuxième moitié de l’Europe au carré, cela permettrait d’y mettre la troisième non ?

    • Duff dit :

      Bonsoir,

      J’avais suivi avec grand intérêt le discours de François Fillon au think tank anglais CPS qui avait épaulé Margaret Thatcher. Il était l’invité du CPS et de Génération Libre de Gaspard Koenig. Son discours était très juste et pertinent. Bien sur que seul François Fillon parle vrai en ce moment à l’UMP et que compte tenu de son parcours et des parrains en politique, il a infiniment plus d’épaisseur pour en arriver à conclure que seules des mesures quasiment « brutales » seraient nécessaires.

      Le seul truc que je lui reproche c’est de n’avoir pas planté Sarko en 2010 et avoir fait du chantage pour rester à Matignon. S’il était parti en fermant sa gueule, il serait autrement plus crédible aujourd’hui sans qu’on lui reproche la moindre défaillance en terme de fidélité contrairement à ces roquets de frondeurs socialistes qui seront vite oubliés dans l’histoire.

      Pour 2017, Fillon est hélas grillé alors que c’est probablement le type le plus expérimenté et le plus valable à l’UMP. Je suis plus volontiers l’ascension de Bruno Le Maire qui peut facilement désormais être le premier ministre de 2017 et sait-on jamais les habits du président de 2022.

      Cdlt

  4. zelectron dit :

    @ Duff & francoiscarmignola
    J’ai l’impression que vous n’avez pas bien lu mon commentaire y compris entre les lignes . . .

    • Duff dit :

      C’est pas impossible j’était tellement malade avec un rhume carabiné que ces dernières heures toute subtilité avait naturellement tendance à m’échapper!

      😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s