La catastrophe Trump?

Dans notre beau pays, la douce France, il est de bon ton de dire d’un candidat républicain à la maison blanche qu’il est un fou furieux, un enragé ou plus affectueusement pour certains qu’un vulgaire abruti. Nos clairvoyants médias français commentent depuis un an le moindre signe d’affaiblissement annoncé comme une future dégringolade de Donald Trump sans comprendre pourquoi, et ceci malgré les énormités qu’il ait pu proférer, il conserve toutes ses chances. J’irais plus loin, le seul adversaire de Trump, c’est lui même… Clinton est nulle et se trouve être la personnification de toutes les tares américaines et de ce système oligarchique qui se nourrit sur le dos de la classe moyenne. Dans ce cadre, la vraie question que chaque électeur doit se poser en son âme et conscience est faut-il prendre le risque de prolonger le statu quo ou de renverser la table avec le premier venu qui semble en mesure de le faire?

040813_dclhunt_reagan_640

4 ans auparavant, j’avais été passablement émoussé par l’attitude des principaux ténors de la feu UMP qui affichaient une neutralité voire une sympathie marquée pour Barrack Obama. Français, nous n’avons pas à dire ce que les américains doivent voter, certes. Mais afficher ouvertement une proximité avec le président démocrate au bilan navrant, tenu à bout de bras par les médias progressistes majoritaires sur les deux rives de l’océan atlantique, mettait en lumière la soumission totale de Nicolas Sarkozy et du parti sensé être de droite, avec une fibre libérale, aux sondages et aux oukases progressistes des rédactions parisiennes. Personne pour rétablir la vérité à savoir que Romney n’était pas l’affreux butor ultra-conservateur facho et stupidement mormon, le salaud qui avait fait fortune en licenciant à tour de bras. Personne pour dire qu’il était un modéré, un ancien gouverneur de l’état de Boston, la plus européenne des grandes villes américaines sur bien des aspects, traditionnellement un fief démocrate. Comment s’étonner dès lors que la soi-disant droite française ait aussi immédiatement condamné Donal Trump comme elle le fit avec Mitt Romney? Personne pour se rappeler que l’acteur de série Z, syndicaliste d’acteurs et encore moins de son cursus universitaire en économie, présenté comme un fainéant idiot, Ronald Reagan donc, réalisa presque le grand chelem en 1984. Il fut réélu si triomphalement qu’un seul état ne le mit pas en tête, celui d’où était originaire son concurrent démocrate dont personne ne se rappelle l’identité. Reagan avait résumé avec sa pensée possiblement simple mais tranchante sur le socialisme : « Taxer ce qui bouge, réglementer ce qui bouge encore, subventionner ce qui ne bouge plus ». Quant à Thatcher avec 3 élections générales remportées d’affilée, son record tient toujours et même à l’affût, aucun média français n’a réussi à dénicher des opposants le jour de ses funérailles. Il faut être particulièrement de mauvais fois pour ne pas établir un parallèle criant avec les actions merveilleusement efficaces des sinistres Arnaud Montebourg avec Mittal à Florange ou Ségolène Royal avec Heuliez, nommés ministres en vertu de leurs échecs flamboyants et accablants accomplissements!

lacrisitude

Fort de son succès en UK, Nigel Farage brûlait d’envie de monter sur une estrade américaine. Il était déjà présent lors de l’investiture et fit profiter de sa truculence les médias américains notamment ceux qui dans ce pays n’ont aucune difficulté à s’assumer de droite en ouvrant leurs micros à d’affreux jojos rétifs aux prodiges socialistes. Habile comme jamais, conforté par son succès récent, Farage va une nouvelle fois faire l’éloge de la démocratie libérale et de l’importance cruciale du combat contre le capitalisme de connivence. Les multinationales renforcées par la mondialisation et le socialisme qui sévit en occident leur permettant depuis leurs positions monopolistiques d’accroître leur hégémonie et la corruption ainsi facilitée des élites politiques, doivent être combattues. Quid des lois anti-trust? Pourquoi des banques too big to fail ont sonné le glas de ces lois visant à garantir la concurrence? Qui en est à l’origine sinon ces vendus aux lobbies? Et dire qu’en 2016 des hommes politiques français candidats à l’élection présidentielle en sont toujours à parler d’« état stratège » et autres fumisteries planistes. Sans dire qu’il voterait Trump, Farage le laisse penser en chargeant Obama le démocrate qui prend les électeurs britanniques pour des cons, sur Clinton, c’est fin mais très violent. Farage en fait donne une leçon à Trump: Tu fais de la merde alors que cette élection te tend les bras. Cesse de dire des conneries et concentre-toi sur l’essentiel, la classe moyenne doit avoir un représentant. Clinton c’est l’oligarchie parasite, la démocratie c’est l’élite qui rend des comptes aux électeurs quels qu’ils soient.

Résumons, Mrs Clinton, on la connaît et son élection serait plus qu’inquiétante. Il n’y a aucun doute sur le fait que sa politique économique et notamment monétaire s’évertuera à prolonger encore un temps les désordres considérables qui se sont amplifiés sous la présidence de son tendre époux. Sur le plan international, personne ne peut douter des choix qui seraient les siens puisqu’elle a été une funeste secrétaire d’état en charge de la diplomatie américaine, les néo-cons peuvent dormir tranquille, la paix dans le monde déjà nettement moins. Face à un brillant candidat, n’offrant aucun espoir à un second couteau pour faire troisième tel le libertarien Gary Johnson, elle aurait été balayée proprement. Voilà une élection par défaut à suivre de près depuis la France puisque nous nous apprêtons à devoir faire un choix cornélien assez similaire. Élire Trump sur le seul rejet de ce qu’incarne à la perfection Mrs Clinton peut être lourd de conséquence mais ne serions-nous pas trop injuste avec Donald Trump?

 

BONUS

Publicités

A propos Duff

Ingénieur consterné par le monde dans lequel il vit...
Cet article, publié dans Politique, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s