Premier débat de la primaire LR : l’ennui

Le format de l’émission avec 7 candidats interrogés par 3 journalistes à la française (dont l’ancienne épouse d’Aquilino Morelle) c’est à dire omniscients, capables de questionner sur tous les sujets, n’augurait rien de bon. Ce fut en effet soporifique, des slogans et des chiffres qu’on se balance à la gueule sans qu’on puisse les mettre en perspectives pour leur donner un sens. On attendait un peu de sang, c’est tout juste si on dénombre une égratignure à la sortie.

La dynamique des sondages et les positions actuelles laissaient espérer plus d’action. Juppé et Sarkozy étant loin devant et promis à en découdre au second tour, il revenait à leurs principaux poursuivants de réduire l’écart et aux outsiders d’opérer une percée. Comme prévu Alain Juppé fut à l’aise mais poussiéreux, il a tout à perdre et donc nous rejoua l’homme de la synthèse molle comme Hollande 5 ans plus tôt, je suis d’accord avec les autres mais sans adopter la moindre mesure qui pourrait paraître radicale. Nicolas Sarkozy était visiblement crispé mais n’a pris aucun risque croyant que son charisme supérieur à ses concurrents suffirait à lui seul. Stratégie étonnante, nous y reviendrons.

La principale déception découle de l’attitude elle aussi surprenante des challengers suivants qui ont cruellement manqué d’audace. François Fillon était le plus clair et à l’argumentaire le plus structuré, il termine vainqueur de peu du débat aux yeux des observateurs clairvoyants, c’est à dire auprès d’un petit cénacle influençant que fort peu l’opinion publique. Il a la stature, le recul, la maîtrise des dossier, le calme et les idées mais en s’envoyant des fleurs avec Nicolas Sarkozy, il est resté son collaborateur. Bruno le Maire n’est soit pas prêt soit incapable de se dépasser pour le moment, en surjouant un naturel sans cravate sans dépasser l’horizon du renouveau en proposant la démocratie directe et plus de subsidiarité, son renouveau sonne aussi creux qu’une note d’un jeune conseiller ministériel fraîchement sorti de l’ENA dont il cherche à s’éloigner. Ringardiser des tocards avec un soutien médiatique téléguidé c’est facile (Macron le fait bien) mais on ne lui demandait pas de faire du Trump non plus!

040813_dclhunt_reagan_640

Les USA et l’UK allaient mal dans les 70’s, la démocratie a trouvé la solution, en 2017 en France c’est pas franchement ce qui se profile…

Parmi les outsiders, Jean-François Copé nous a rappelé qu’il n’était qu’un sous-Sarkozy : un certain talent oratoire de bonimenteur mais lorsque celui-ci s’en prit à son modèle, tel un troufion de base évoluant à découvert, il se prit un headshot par son sniper de modèle, la seule pique marrante du débat. Il voulait écorcher l’image de Sarkozy – moins à droite que lui – il a renforcé l’idée que Sarkozy était bien plus adroit que lui… Jean-Frédéric Poisson a montré combien la feu UDF était peuplée d’étranges énergumènes, tant qu’on ne parle pas d’Europe, d’€, du mariage pour tous, d’avortement, il peut être encore présentable… Reste enfin NKM au programme effectivement le plus libéral qui fut la seule à déballer sur la table tous les non-dits planqués sous le tapis de notre glorieux modèle social collectiviste inadapté à un monde ouvert que la digitalisation bouscule à toute vitesse.

Aucune ligne n’a du bouger à l’issue de ce débat bien terne. Le premier sondage pour désigner le vainqueur est sorti si vite et sur un échantillon si maigre qu’il en est ridicule. Bien entendu que le candidat le plus consensuel auprès d’un futur corps électoral âgé ne peut qu’être Alain Juppé. En incluant plus de données, de qualités pour faire un chef de l’état notamment en tenant compte de la situation dégradée de la France, Fillon semblait être le plus solide. Profitera-t-il d’une possible dégringolade de BLM, le grand perdant? Qui ralliera Sarkozy si celui-ci parvient au second tour? Un Sarkozy pugnace mais pas trop, je ne comprends pas, par certains aspects, j’ai retrouvé le Sarkozy résigné face au Tartufe Hollande lors du débat de 2012, on va vite voir s’il n’y croit plus. Il reste quelques questions à éclaircir et donc un petit intérêt…

Publicités

A propos Duff

Ingénieur consterné par le monde dans lequel il vit...
Cet article, publié dans Politique, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Premier débat de la primaire LR : l’ennui

  1. zelectron dit :

    le septumvirate, enfermé dans une salle, pour gouverner sans être distrait par des « ministres intègres » . . . 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s