Un peu de prospective : et si le prochain président était le dernier de la Vème République?

Un soir, comme tout automobiliste parisien coincé dans les embouteillages, merveilleusement encouragés par la formidable politique progressiste parisienne sensée combattre les méchantes émissions de CO2 des vilaines voitures en oubliant que la congestion du trafic amplifiait le phénomène, je naviguais entre les différentes radios dans l’espoir totalement vain d’entendre enfin des analyses moins superficielles que d’ordinaire. Hélas entre 19 et 20h, l’intelligence n’a que rarement sa place sur les ondes hertziennes françaises. Il se produit un événement assez rare pour en témoigner : voici qu’un invité de l’émission « on refait le monde » sur RTL lâche ce qui m’a paru être une bombe…

D’ordinaire cette émission axe ses sujets sur les aspects les plus superfétatoires et navrants de la politique en invitant régulièrement des personnalités issues de l’extrême gauche. A ma connaissance, seuls les GG de RMC invitent encore Gilbert Collard pour équilibrer le temps de parole entre des esprits raisonnés de toutes sensibilités et des paléo-marxistes (y compris des soutiens du FN) alors que dans les urnes les équilibres ont été chamboulés comme jamais depuis déjà quelques années… Face au constat évident que la gauche ne s’est jamais questionnée face à la dissymétrie de traitement médiatique et politique entre la connivence vis à vis des extrêmes entre la gauche et la droite, pas plus que sur ses déroutes électorales après avoir exercé le pouvoir pendant 5 ans (1986/1993/2002) les socialistes s’évertuent à persister dans l’erreur. Voilà qu’on apprend que la sénatrice communiste évoluant sous un faux nez Marie-Noëlle Lienemann a recueilli les parrainages nécessaires pour participer à la primaire de gauche. L’existence même de cette primaire n’est que l’aboutissement de l’absence d’autorité du président Hollande sur sa majorité et de son échec complet à convertir le PS à un minimum de réalisme économique qu’on appelle délicatement social-démocratie (il faut toujours caser le mot magique « social » comme dans « social-libéralisme »). Jean-Luc Mélenchon dont je ne partage aucune idée a eu un mérite, courage même devrais-je dire, claquer la porte et de faire vivre ses idées collectivistes hors de la maison mère de la duperie: les élus PS se font élire sur des propos démagogues mais sont toujours rattrapés par la réalité et les contraintes de la gestion, qu’elles viennent des marchés financiers qui sanctionnent les politiques anticapitalistes ou des engagements européens qu’on promet fallacieusement de renégocier. C’était pourtant selon moi la seule vertu du quinquennat Hollande, tenter d’enfin, avec des décennies de retard, convertir la gauche à l’économie de marché, au capitalisme et aux bienfaits de la mondialisation des échanges. La mondialisation a toujours existé mais à l’ère du digital elle s’est accélérée et comme par hasard seuls les états occidentaux les plus démocratiques et libres en ont profité et les plus collectivisés en ont pâti… Le SPD allemand avait fait à Bad-Godesberg ce travail en 1959, et depuis, bien qu’il existe un parti extrémiste à gauche qui fédère toutes les chapelles marxistes, Die Linke, il ne pèse rien.

hqdefault

Cet homme est membre du bureau politique du PS.

L’intervenant renversant de RTL était Yvan Levaï, un exemple typique de cette gauche qui se croit tout permis y compris de ne jamais s’exiger à elle même ce qu’elle reproche au « camp d’en face ». Chirac a pourtant définitivement tranché la question en 1988, aucune alliance avec le FN. Nicolas Sarkozy est accusé de draguer des électeurs retournés au Front National depuis son échec de 2012? Voilà qui n’a aucun sens si on se penche sur les motivations profondes de ces électeurs délaissés qui ne se limitent absolument pas aux questions liées à l’immigration mais bien davantage au délabrement inquiétant des fonctions régaliennes de l’état. Une fois passées les psalmodies récurrentes de la gauche qui reproche à la droite de ne pas être de gauche, Levaï lâche une bombe, c’est à dire un constat clinique sur la situation misérable de la politique française : la gauche est en débris, la droite est en proie à des querelles intestines avec en germe des dissidences futures et meurtrières, et ceux qui votent – ils sont de moins en moins nombreux – se portent de plus en plus sur des populistes assoiffés de protection que l’état n’apporte plus et qu’il n’a historiquement jamais apporté. Levaï a l’honnêteté d’oser avouer que le futur président sera si mal élu qu’il peut bien être le dernier président de la Vème république. Il est possible qu’il dise ceci en se résignant à l’idée que le prochain président ne sera pas de son bord mais le fait est qu’il sera très mal élu, probablement face à la candidate FN.

1702108_tango

les candidats UMPS trempant dans le socialisme

L’an prochain et malgré les sondages, le candidat sorti vainqueur de la primaire ne fera guère plus que le FN au premier tour et certainement moins en cas de candidature dissidente qui assurerait la seconde place au candidat socialiste. A moins que le PS ne finisse comme le Pasok grec! Pas exclu avec un président à 4% d’opinions favorables et avec une inversion factice de la courbe du chômage et une récession probable à venir en 2017… De toutes évidences une crise institutionnelle pointe le bout de son nez, un président mal élu et face à des syndicats qui ont répété avec la loi travail ce qu’ils auront à faire l’an prochain n’aura jamais le temps d’avoir des résultats apaisants pour 2022. D’ailleurs ce président que je ne nomme pas, tant je ne me résous pas à l’idée qu’il s’agisse forcément d’Alain Juppé candidat pour un seul mandat dit-il pour contrer l’argument sur son âge défavorable, héritera des engagements clientélistes du président actuel en plus de cette situation explosive. Le clivage droite/gauche existe toujours, il vient se greffer dessus ce nouveau clivage à l’intérieur même des principaux partis de gouvernement ce que Charles Gave appelle l’affrontement entre les gens des arbres (enracinés et perdants de la mondialisation pas forcément de droite) et les gens qui scient les arbres pour en pirogue explorer l’atoll d’à côté (des gagnants de la mondialisation, des élites mondialisées pas forcément de gauche).

1036533_emmanuel-macron-va-sattaquer-aux-professions-reglementees-web-tete-0203728437798

La gauche peut mourir du fait de ses mensonges, la France peut mourir de ses institutions.

Les pays occidentaux qui s’en sortent le mieux dans l’accélération de la mondialisation sont sans surprise ceux dont la démocratie n’a pas été corrompue par les multi-nationales et où les hommes politiques rendent encore des comptes aux électeurs. Compte tenu du caractère monarchique des institutions actuellement en place en France et de la combinaison entre la corruption des élites, au moins sur le plan intellectuel, et de ses dévoiements, notamment avec le quinquennat, qui réduit toute la vie politique à l’élection tous les 5 ans d’un tyran plus ou moins éclairé, La Vème république est agonisante. Je ne vois personne présenter un bilan honorable en 2022 ce qui signifie qu’en clair je pense que nos institutions sont en train de mourir à petit feu devant nous. Les jours et les mois de la Vème sont comptés, non pour une VIème communiste voulue par les partisans de Mélenchon. Nous entrons surtout dans temps troublés où les idées libérales ont subi un tel assaut médiatique défavorable qu’il est peu probable qu’on s’en sorte aussi bien et aussi rapidement qu’au cours de nos effondrements précédents. Accrochez-vos ceintures.

 

Publicités

A propos Duff

Ingénieur consterné par le monde dans lequel il vit...
Cet article, publié dans Politique, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Un peu de prospective : et si le prochain président était le dernier de la Vème République?

  1. zelectron dit :

    Oui, une 6ème, voire une 7ème et après tout une 8ème encore que une 9ème pour faire bonne mesure et puis pour faire un compte rond une 10ème constitution nous feront joyeusement passer plusieurs fois de Charybde en Scylla et réciproquement !
    Oui ? alors qu’il ne s’agit que de contrôler les dérives des hommes qui essayent et trouvent toujours les moyens de contourner les institutions . . .
    L’institution d’une surveillance « citoyenne » des élus et hauts fonctionnaires (sans changer quoi que ce soit d’autre) est peut-être la seule voie pour établir la démocratie ou tout du moins s’en approcher du moins mal qu’on peut.

  2. zelectron dit :

    vous voulez dire « élus et hauts fonctionnaires solides » ? certainement qu’une fois lâchés ils profitent de leurs fonctions sans vergogne pour les uns, placardisent pour les autres . . . (Zoé Shepard : Absolument dé-bor-dée ! ou le paradoxe du fonctionnaire ou comment faire 35 heures en un mois)
    Qu’est-ce qu’un homme politique ?

    c’est un quidam passionné, illuminé, stratège, corrupteur & corrompu, altruiste, cupide, munificent, sordide, prodigue, hypocrite, loyal, pervers, bon, généreux, félon, souffreteux, guéri, déficient, névrosé, normal, intelligent, nul, et tant d’autres épithètes tour à tour, bref un être humain mais voilà lorsqu’il est élu sa responsabilité devient énorme, gigantesque, il y va de la vie de ses concitoyens et son « droit à la faiblesse commune » doit disparaitre TOTALEMENT et ça, ce n’est malheureusement pas si souvent le cas.
    Combien « d’affaires » découvertes parmi tant d’autres ignorées ? combien de scandales portés à la connaissance du public et combien étouffés ? combien d’erreurs commises dans la précipitation, par obéissance aux consignes du parti, de bonne foi, par opposition au camp adverse, par lassitude, en absence . . .
    Et puis ce mal qui ronge, qui vous assaille sourdement, qui vous tord de douleur vous faisant oublier tous vos devoirs, votre honneur, votre vie en appelant la mort ?
    Peut-être que lorsqu’on est élu on ne s’appartient plus, on se doit à la nation, adieu fanfreluches, Pantagruel et autres gentes dames, sans aller jusqu’à une ardeur monacale il sied à l’impétrant de se préparer aux sérieuses tâches qui vont lui incomber
    Ce n’est pas comme ça que ça se passe ? curieux ! il semblerait que la part d’ombre l’emporte, les cris d’orfraies, les protestations fumeuses fument, mêmes les haussements d’épaule s’y mettent à croire que la chose publique n’intéresse personne ?
    Beaucoup s’imaginent posséder leur libre arbitre et non-influençables conséquemment, que nenni ! nous sommes tous soumis à des degrés divers à l’air du temps qui obère nos jugements indépendamment de la chapelle à laquelle on appartient plus ou moins lâchement.
    L’homo-politicus est entraîné lors de son intronisation dans un tourbillon de flatteries, d’invites, de réunions « obligatoires », de conseils « éclairés » (ou assombrissants ? ), d’attitudes mielleuses, de guet-apens, pièges en tous genres,
    Il s’est, y a été préparé par ses « coach » : comédie, attitudes, phrases clefs jusqu’aux envolées lyriques et monologues prétentieux . . . gestes, visage composé, regard, bouche, mouvements de narines, habillement, accessoires, tout doit être contrôlé tout en paraissant naturel !
    Enfin tout au long de sa course plus ou moins solitaire il peut changer, tomber dans des avanies, se laisser abuser, avoir des moments de fatigue, des instants de doute, des accidents dus à des causes extérieures indépendantes de sa volonté, des menaces y compris les pires, sans pouvoir compter sur qui que ce soit . . . Quel est ce système « démocratique » qui autorise tant d’incertitudes, voire de compromissions ?

    D’aucuns se sont dit que tant qu’à faire ce peut, autant se soumettre (avec veulerie?) au hasard pour désigner les représentants du peuple, ce faisant on tombe de Charybde en Scylla sans coup férir ! quelle perspicacité, quelle idée aventureuse que de désigner par le tirage au sort le pochtron du coin ?

    Revenons aux élus, qui peut contrôler leurs dérives mieux que les citoyens eux-mêmes et pas n’importe quels électeurs . . . (suite, très bientôt)

    • Duff dit :

      Woaw. C’est pas moi qui vais verser dans la défense des élites qui souffriraient du « tous pourris »! Faut rester mesuré je pense. A titre d’illustration, je reproche bien plus leur corruption intellectuelle que celle – supposée – matérielle. A ce titre je suis horriblement français, je suis prêt à fermer les yeux sur les à côtés tant que ces élites font le job. C’est peut être le problème parce ça a conduit beaucoup de nos concitoyens à s’habituer de l’inacceptable par manque de principes.

      Sinon pour info, Zoé Shepard, c’était une copine de terminale 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s