La révolution n’est pas encore en marche!

La trêve estivale approche et va nous permettre de reprendre nos esprits après une séquence folle de l’histoire de France. Et que le repos, le recul sur cette actualité dévorante nous apporte des forces aussi : il va en falloir dès la rentrée. Je suis prêt à parier que la séquence printanière n’est que le début d’une séquence plus longue préfigurant l’agonie des institutions de la Vème république. Le président Jupiter affiche ses ambitions, agite à l’excès les symboles et agit avec une poigne de fer et ça plaît pour le moment, même pour de mauvaises raisons. S’il échoue, ce pays peut se disloquer à une vitesse inouïe laissant même d’habiles esprits totalement crédules. Voilà 2 mois qu’il est en fonction et on ne sait toujours pas si le cap et l’ampleur des réformes qu’il entend mener vont dans la bonne direction et iront assez loin. On se rassurait en se disait qu’il semblait vouloir actionner, enfin, les bons leviers mais on se pince déjà le voyant en actionner certains dont on aurait aimé qu’il n’y touchasse pas. Pire, au milieu de signaux contradictoires, de gros couacs ont déjà émaillé le début de mandat bien que la portée fut pour le moment bien étouffée par la presse toujours sous hypnose.

Prenons la composition du gouvernement : à l’éducation nationale, fut nommée une personnalité au parcours encourageant. L’écologie et, le titre faisait déjà craindre le pire, à la transition énergétique, fut dévolue à un socialiste constructiviste à un autre, Hulot, car personnage télévisé bénéficiant d’un capital sympathie supérieur à un politicien professionnel. Sa volonté de fermer 17 réacteurs nucléaires et d’interdire les moteurs thermiques (heureusement à horizon très lointain, surtout pour quelqu’un qui a le profile pour ne pas rester longtemps aux affaires) traduit cette regrettable habitude de l’état de vouloir perturber les solutions émergeant des innovations produites par une économie libre. Bayrou portait un projet (au final à l’ambition epsilonesque) de moralisation de la vie publique, il tombe sur de forts soupçons de politicailleries bien rétrogrades. Emportée par la même affaire, Sylvie Goulard (éphémère ministre des armées) avait pris le soin dans ce bref laps de temps de parler de ses passions : le partage de la souveraineté avec nos partenaires européens mais fut remplacée par Mme Parly, une technocrate de l’ENA de plus. Même à huis-clos, le CEMA Pierre de Villiers en avait-il trop dit? Au rythme ou les choses vont, des généraux réservistes, les héros (hérauts?) de la grande muette qui l’ouvrent se sont multipliés ces derniers temps. Et pour cause! Le budget de l’armée a trop longtemps constitué une variable d’ajustement tandis que la France engageait de plus en plus de forces, tant à l’extérieur comme à l’intérieur. Dans le même temps, fut toujours épargné l’énorme budget de redistribution sociale, de dépenses clientélistes, d’octroi d’avantages disproportionnés aux agents d’entreprises publiques et de soutien aux branleurs qu’ils fussent délibérément au chômage ou dans la fonction publique pléthorique. Comment ne pas réagir alors que nous sommes à la veille d’être gouvernés par des gens, aimant tellement leur patrie, qu’ils préfèrent prolonger encore un peu la durée de péremption de notre modèle social communiste en bradant notre force de dissuasion et par conséquent le siège de membre permanent au conseil de sécurité de l’ONU?. Jupiter s’est donc emporté, la veille du défilé de la fête nationale (!) pour rappeler que c’était le chef, ce qui est vrai en pratique mais ce qui a poussé à la démission de Pierre de Villiers. Une gène médiatique délicate à étouffer cette fois, les français plébiscitant nos forces armées.

Quand Macron explique aux collectivités territoriales qu’elles se foutent du monde et dépensent trop, il a raison. Quand il veut supprimer la taxe d’habitation calculée de manière fumeuse, pourquoi pas. En revanche je n’ai toujours pas entendu la moindre réflexion, même embryonnaire, qui nous sortirait du jacobinisme exacerbé des brillants produits de l’ENA pour faire enfin marcher la décentralisation. Ne prononcez pas le mot « concurrence fiscale » entre les régions ou collectivités territoriales, entre ceux qui prélèvent l’impôt et les systèmes de péréquation, personne n’y comprend rien. On comprend juste que les maires, les départements, les régions, se foutent d’être vertueux, il y aura toujours des crétins de sans-dent pour payer. Principe de subsidiarité baffoué dans les compétences, démocratie piétinée pour voter des budgets. Le résultat? L’économe est battu, le clientéliste se constitue une base arrière quand il est chassé d’un mandat national. La conséquence? Explosion de la dépense publique dans les collectivités territoriales et inflation d’embauches d’agents avec les conséquences sur les coûts et la masse salariale (vu le statut des agents impossibles à virer!). Sans le très vertueux Bayrou, pas de bol, les députés LREM ne veulent pas entendre parler de justifier de leurs frais. Zut. D’autant que les socialistes officiels, désormais inaudibles, ont été formidablement remplacés par les socialistes de droite pour appuyer la majorité dans sa volonté de réformer, un peu mais pas trop, pas du tout si possible…

Voilà comment la démocratie française se délite sous nos yeux : un renouvellement accompagné d’un rajeunissement sans précédent qui telle une montagne accouche d’une souris. Le Canard Enchaîné traque déjà dans cette majorité faite de bric et de broc de potentiels frondeurs, pas étonnant vu la vitesse de la constitution des investitures entre des gens solides et les opportunistes aussi légers et minces qu’une feuille de papier à cigarette. Macron a trop vite montré pourquoi derrière les bons chiffres de son élection et de sa majorité, il ne peut pas se passer d’une démocratie directe, par le référendum notamment. D’où vient l’abstention d’ailleurs? Une frange de plus en plus importante de la population se rend compte qu’elle n’a le choix qu’entre une socialiste nationaliste pour qui, tout est est de la faute des autres si on ne peut pas conserver notre modèle social, un communiste pour qui, c’est la faute des autres si on ne peut pas aller plus loin dans le communisme. En face, on est fermement incité à se rabattre sur les deux crânes d’œuf passés par l’ENA. Le premier, promotion Clown, se dit de droite et taxe tout le monde pour épurer les comptes du modèle social communiste et, le second, se dit de gauche, promotion Guignol, pour faire la même chose il se promet de taxer plutôt les vieux et les riches. Tant qu’aucun arbitrage raisonnable favorable aux missions régaliennes ne viendra contrecarrer l’éternelle et inéluctable croissance des dépenses clientélistes du modèle social communiste, rien ne bougera. Le déclin économique avec comme toile de fond, l’importation en France des conséquences des schismes à l’intérieur de l’Islam, se poursuivront. Comme la dislocation des maigres justifications du modèle social collectiviste.

Pour des raisons historiques liées à l’évolutions des idées politiques et la déshérence idéologique des partis de gouvernement depuis 40 ans, j’ai ouvert ce blog sentant que de forts mouvements étaient désormais éminents. Prenons par exemple la droite, qui se prétend gaulliste alors qu’elle s’est faite complice de la liquidation de l’indépendance et de la souveraineté gaulliennes, ou la gauche, qui ne se préoccupe plus des plus modestes, un immense discrédit ouvre la porte à tous les possibles. Le paradoxe c’est que, morte idéologiquement, la gauche divisée fut portée au pouvoir en 2012 sans que l’issue pour ce pauvre François Hollande ne surprenne qui que ce soit d’un peu lucide. Sure de l’emporter, la droite a feint une humilité de façade et de faux débats au cours de la primaire. Bonapartistes et Orléanistes ne pourront jamais coexister dans un seul parti. Ce peut-il alors que le mouvement de Macron, patchwork hétéroclite de sociaux-démocrates, de centristes euro-fédéralistes, de radicaux et de quelques libéraux puissent s’entendre alors que ce curieux cartel s’est agrégé en quelques semaines et a fait entrer au Palais Bourbon une majorité d’inconnus et de novices? Les premiers arbitrages et signaux contradictoires n’augurent pas d’un succès (même en demi-teinte). On peut même se demander si Emmanuel Macron ne va pas nous faire perdre 5 ans de plus en faisant du Hollande avec seulement un peu plus de panache capricieux et de télégénie pour la communication. Rien ne fut accompli en 2017, ce n’est que le début d’un cycle d’évolution, reste à savoir s’il sera rapide ou lent, saccadé voire brutal ou continu.

Publicités

A propos Duff

Ingénieur consterné par le monde dans lequel il vit...
Cet article, publié dans Politique, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour La révolution n’est pas encore en marche!

  1. Ainsi donc, après considéré Macron comme bien mieux que Le Pen, méprisé les révoltes superficielles d’avant le second tour, puis énoncé doctement que Macron avait fait un sans faute, on se prend à lister les éléments de la catastrophe ?
    6 ministes (y compris Hulot, et Cocote) dans la panade, le ridicule, l’abominable et le honteux. Un chef de la majorité qui paye un appartement à sa maitresse en violant toutes les déontologies avec de l’argent public, des poursuites pour escroquerie envers les 3 ministres alliés pour la victoire au bon moment avec accord léonin à de lamentables législatives. Une ministre payée par un think tank non « passée aux rayons X », une autre organisatrice de nuits frivoles (il doit bien y a voir un strip tease là dedans vu le prix) au service d’un ministre candidat guère plus indélicat que son pourri de compère.
    Il en faut du moralisme axiologique pour continuer à critiquer les frasques de Fillon !
    Une bande d’abrutis déguisés en députés qui vont n’imprte quoi cinq ans, et surtout, cerise sur le gateau, le petit prince qui, avant même la fin des cents jours fait en direct live un revirement complet de sa politique fiscale, et provoque, surmené et à bout de nerfs un clash majeur avec l’armée, démission fracassante du CEMA à la clé.

    Exsangue, l’armée en question se prépare à accueillir le retour des djihadistes défaits, accueillis en grande pompe avec tous les autres migrants, l’argent de la charité se devant d’être consacré à ceux à qui il est le plus utile.

    Il faut le dire et le reconnaitre le ridicule candidat, par malheur vainqueur de l’élection continue le ridicule. Par ses sourires niais de jeune con pas sympathique qui tape sur toutes les épaules mieux que Sarkozy.
    Ridiculisé par Trump qui se retire de sa comédie planétologique destinée à permettre aux chinois de polluer quinze ans en bon élèves. Ridiculisé par Merkel qui lui refuse le pognon nécessaire à ses rêves creux de branleur impécunieux plein d' »idées » pour refonder l’Europe, il achète à des agences de comm internationales des faux rapports qui le déclarent triomphant, pour mieux alimenter les merdias qu’il fait rabrouer par ses esclaves crevards.

    Le premier ministre de droite qu’il s’est acheté (avec de l’argent public, il en a plein maintenant), il le double, le contredit et le précède en tout. Tout ça pour quoi ?
    Une loi de moralité lamentable et inutile, tellement nase qu’elle est contestée même par la majorité aux ordres, loi travail de demi mesures qui ne rajoutera que de la complexité aux manifs de la rentrée, bonneteau fiscal généralisé au détriment des pigeons, avec bien sur, augmentation d’impôts pour tous, seuls les pauv crevards qui ne payaient déjà pas d’impôts et donc impossible à corrompre, étant rincés d’une demi mesure qui sera compensée, on va le voir très vite. La honte, le minable, le démagogique et l’inopérant, comme on l’avait dit.
    Tout cela était prévisible, c’était le programme de la tapette merdique qui nous sert de président. Je conchie, maudit et méprise tous ceux qui ont rendu cela possible. Allez vous faire foutre.

    • kobus van cleef dit :

      ha ha ha !
      lorsque François se lâche, ça déménage !

      fallait pas être trop con, non plus , pour conspuer les seuls qui depuis bientôt 40 ans vous alertaient sur les dangers prévisibles de toutes les politiques suivies….

      avec le pognon des 30 glorieuses, les Hallemands ont réunifié leurs pays et modernisé leur économie, les japonais ont intégré la sosiété de demain avec robotisation , les américains ont vécu à crédit et fait vivre tout le monde à crédit ( ils s’en foutent , la planche à billets , c’est eux ) , nous, les français , on a importé quinze millions de blédards ….

    • Duff dit :

      Dernière phrase qui mériterait un carton rouge définitif.

      Non je n’ai pas permis ça : j’ai voté malgré tout Fillon au premier tour et j’ai dénoncé ici la cabale dont il fut victime. J’ai comme tout le monde espéré que cette élection d’un président jeune et volontaire disposant de toutes les bonnes connections pourrait engager notre pays sur la voie des réformes. Il est trop tôt pour savoir ce qu’il a en tête, beaucoup de communication et pour faire passer quoi? Justement on peut examiner un autre point.

      Avez-vous vu le comportement immonde et risible de ce qui se présente comme étant de droite depuis le premier tour de la présidentielle? Vous pensez un seul instant que Fillon l’aurait emporté face à Macron? A supposer que oui, que son gouvernement arriverait à lancer le chantier des réformes? Avec cette bande de sous-merdes LR? Vous vous foutez de moi? Si vous le pensez alors c’est pas une batte de baseball que vous étiez en train de vous fourrer dans le cul mais un truc au moins aussi large et qui remonte jusqu’à la moitié de vos intestins!

      Quant au FN de l’autre poissonnière, elle a montré son potentiel lors du débat où Macron, professoral n’a pas eu grand chose à faire si ce n’est constater l’effrayante nullité du FN actuel.

      La conclusion de cet article est au conditionnel. Sans gauche exsangue de son marxisme et sans droite qui se respecte, Macron peut fort bien repasser en 2022 à votre plus grand plaisir sans faire le job. Sur la forme il est infiniment meilleur qu’Hollande sans faire mieux. Personne chez LR NE FERAIT MIEUX.

      Admettez ça avant d’insulter.

      • kobus van cleef dit :

        expliquez moi en quoi marine ( pourquoi dites vous poissonnière? est ce que je taxe fillon de triste tabelion? ou macron de niqueur de vieille? ) était effroyablement nulle?

        parce que ça a été dit et répété par les journalistes?

        d’autres arguments de ce calibre?

        macron va tenter de sauvegarder le statu quo en tentant de réduire l’endettement

        fiction!
        folie!

        la dette est ,par définition , éternelle , impossible à rembourser

        et de quelle dette parlons nous?
        il y a bien une partie de cette dette pour laquelle vous n’avez pas donné votre accord,non?
        avez vous seulement été consulté?
        moi pas

        si cette dette avait servi à des trucs utiles , genre réseau ferré à grande vitesse couvrant tout le pays, digues pour lutter contre les inondations , deuxième porte-avion nucléaire….bon,on pourrait le concevoir,mais là….d’ailleurs ,les intelligences qui nous gouvernent sont tellement honteuses de ce qu’elles ont fait du pognon des tribuables qu’elles parlent de la dette,mais évitent d’en donner le détail, c’est bien la preuve

      • Duff dit :

        @kobus van cleef

        La dette ça n’est pas fait pour être remboursée mais être « roulée » c’est à dire qu’on fasse attention à ce que ses capacités d’emprunts couvrent toujours la charge de celle-ci.
        Si le PIB croît de 2% avec une inflation à 1% un déficit budgétaire <= 3% ne fait pas augmenter la dette en % du PIB : critères de Maastricht. Or il n'y a plus d'inflation, les BC n'arrivent plus à en créer – et tant mieux c'est un vol des citoyens – et nous n'avons plus 2% de croissance du fait du caractère étouffant de notre modèle social. Les allemands se sont réformés résultat ils n'ont plus de chômage et la dette se résorbe, il n'y a aucune raison que nous n'y arrivions pas sachant que notre démographie se porte mieux.

        Quant au FN, désolé, je les ai écouté. Poissonnière parce que MLP est d'une vulgarité inouïe. Ensuite comme je le dis dans l'article, le FN de MLP c'est faire croire aux français que s'affranchir des règles communautaires et de la pression migratoire, notre modèle social serait viable. C'est parfaitement faux, sa pérennité n'est pas du tout assurée et que le socialisme doit être abandonné quelque soit le contexte. Avec le FN, vous n'aurez ni plus de contrôle de l'immigration ni plus de porte-avions, juste un chaos économique auquel les dirigeants actuels de ce partis seraient incapables de faire face tant à cause de leur médiocrité que l'absence de réflexion de fond sur les maux qui frappent la France.

        Depuis Mitterrand, la dette ne sert qu'à couvrir ce que les impôts pourtant délirants n'arrivent pas totalement à faire; clientélisme social, fonctionnaires ne servant à rien etc. Personne d'autre que Fillon n'avait et n'a actuellement le moindre discours même balbutiant sur le sujet.

  2. zelectron dit :

    « agonie des institutions de la Vème république »
    la VI république comportera d’autres défauts, ainsi que la VII et celles qui suivront : ce sont des constructions humaines immanquablement partiales, orientées, ajustées aux désidérata des influenceurs de tous acabits, rédigée avec une petite dose d’hypocrisie, quelques imprécisions coupables, quelques tournures alambiques et abscons, bref un gaspillage éhonté de temps et d’argent alors que tout le monde sait que ce sont les hommes qui interprètent les textes pour que ceux -ci coïncident avec leurs besoins du moment.
    Une voie beaucoup plus « payante » consiste à enfin admettre que seul le contrôle des élus par des citoyens de la société civile (retraités de la même circonscription par exemple) amènera un peu plus de démocratie dans notre société, avec une bonne purge du nombre d’élus : division par 6.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s