Le souverainisme socialiste d’Asselineau

Une vidéo formidable de l’impayable Asselineau m’a convaincu de parler de cet étrange oiseau politique français. Truffée d’erreurs et de morceaux d’anticapitalisme gluants sortis tout droit du cerveau bouillie neuronale avariée d’un syndicaliste de Sud Rail, je salue l’esprit supérieur de l’énarque qui va tout vous expliquer vu que lui sait tout et que vous êtes soit sons soit manipulés mais plus probablement les deux. En fait de souverainisme qui consisterait à rendre le pouvoir au peuple, il se lamente que nos voisins européens ne goûtent franchement pas à notre idyllique modèle social que tout le monde nous envie mais évite soigneusement d’imiter. Et il y a une raison. Ce pignouf a été grassement payé pendant des années à brasser du vent, pourquoi faudrait-il que cela change?

Rappelons d’emblée, pour répondre à la question posée dans le titre de la vidéo, que la France est tellement soumise à Bruxelles qu’elle se torche le cul avec bon nombre de traités à commencer par son déficit budgétaire abyssal qu’elle s’efforce avec un talent admirable de ne jamais résorber. Il y a bien des sanctions de prévues mais, ma petite dame, la France c’est pas la Pologne, pays de m*** incapable de nous envoyer autre chose que des plombiers et bientôt des cheminots payés au lance-pierre car ne bénéficiant pas de la merveilleuse sécu française. Tous les chiffres donnés sont faux, les exemples sont tirés directement d’un tract de la CGT (à croire) oubliant les raisons (subventions pour commencer) pourquoi ces comparaisons sont malhonnêtes. Son magnifique passe Navigo, il peut se le mettre où je pense. Les transports en commun en Île de France ne me satisfont pas et pourtant je dois raquer pour cette merde sachant que ça revient à subventionner un bon million de bobos qui ont la chance de pouvoir se passer d’une voiture et qui votent pour des furieux du genre Hidalgo qui en remettent une couche pour faire chier les automobilistes.

czpyyngwgaaqwzn

Cet ahuri constate même qu’il revient nettement moins cher de prendre EasyJet (je suppose) sur un Paris/Toulouse. Non l’écart monstrueux de prix avec Air France ne se justifie pas par le fait que la compagnie nationale, magnanime, offre un verre d’un jus dégueulasse ou 18 cl d’une piquette du Languedoc. Personne ne renationalisera les télécoms pas plus le rail lorsque la concurrence aura apporté ses bienfaits. Asselineau, au delà de son complotisme maladif incarne à la perfection, jusqu’à la caricature de ce qui ne va pas dans ce pays. Un énarque imbu de lui même qui ne comprend pas pourquoi il n’a pas fait la grande carrière qu’il pensait mériter et qui explique tranquillement que les monopoles publiques sont un idéal indépassable. Dans les faits, c’est une alliance quasi mafieuse entre les haut-fonctionnaires et des syndicats communistes pour piller les honnêtes gens priés de la boucler et de raquer même quand ils ne sont pas contents du service rendu. Jusqu’à la caricature, il s’attaque à l’UE où visiblement le socialisme hexagonal ne fait pas rêver les autres pays membres et place dans l’embarras ces petits socialistes qui ne veulent pas lâcher les prébendes qu’offrent cette mafia.

francois-asselineau-son-patrimoine-en-detail_182856_w620.jpg

Publicités

A propos Duff

Ingénieur consterné par le monde dans lequel il vit...
Cet article, publié dans Eco, Politique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Le souverainisme socialiste d’Asselineau

  1. zelectron dit :

    le kamarade multinévrosé Asselineau l’ouvre encore ?
    La SNCF ? Aux quatre coins de la France qu’on va la retrouver la SeuNeuCeuFeu, éparpillé par petits bouts, façon puzzle, dynamitée, dispersée, ventilée ! 🙂

  2. Il ne faudrait pas que la détestation -légitime- pour le planisme assumé d’Asselineau devienne un motif pour ignorer certaines choses. Par exemple le fait que socialisme et étatisme ne sont pas des concepts interchangeables. Il y a un socialisme non-étatiste (anarchiste). Et il y a divers étatismes de droite et de gauche qui ne sont pas socialistes. Asselineau, comme Dupont-Aignan, se situe dans la continuité d’une tradition gaulliste (sociale) ; il y a aussi un autre étatisme de droite dans le nationalisme du FN.

    Par ailleurs et suivant le fameux mécanisme de l’horloge arrêté (ici en 1967, visiblement), il peut lui arriver de viser juste, par exemple en matière de politique étrangère.

    • Duff dit :

      C’est si rare qu’il vise juste. Pour rappel, quand la France devient sous De Gaulle la troisième puissance nucléaire indépendante, que le PIB croît de 5% et qu’il n’y a presque plus de dettes, la France pouvait se permettre un dirigeant de la trempe de De Gaulle, à moins que ce ne fut l’inverse, un dirigeant qui laissait le secteur publique autour des 37% du PIB pour que son économie restât prospère. L’évolution démographique et bureaucratique du modèle social appelait des réformes dans les 2 décennies suivantes qui n’ont toujours pas été faites 4 décennies après… NDA et FA vivent peut être dans leur jeunesse mais ce n’est pas la mienne ni ce qui me semble souhaitable au pays.

      Raisons pour lesquelles tous ces nostalgiques des années 60 ont tort de trouver des coupables extérieurs à nos propres manquements.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s