Le socialisme de droite et le mitterrandien

Depuis des années un hoax a la vie dure, celui sur la loi du 3 janvier 1973 qui serait donc responsable de l’envolée de l’endettement de notre beau pays. Cette théorie bancale présente la dette comme le fruit d’un complot sournois de nos politiciens traîtres à la Nation. Plutôt que faire tourner la planche à billet pour monétiser cette dette on a du à la place payer des intérêts à des vilains banquiers et la méchante finance internationale qui « ne présentera jamais sa candidature mais qui gouverne pourtant« .

Quand cette loi fut rédigée par des technocrates pour des technocrates, la France n’avait aucune dette ou presque, un taux de chômage ridiculement bas et une croissance plus jamais observée depuis. Aucun rapport entre le mécanisme d’escompte et la dette et pourtant… Ce hoax est apparu avant que Draghi ne lance son programme de rachat de dettes sur le marché secondaire donc une forme de planche à billet. La BCE fait très exactement ce que réclament des « économistes » de gauche, hostiles à l’€ pour pouvoir manipuler le franc. Le hoax survit encore. Donc c’est bien le procès en légitimité de la dette et donc la volonté de la répudier qui est à l’oeuvre. Hélas là encore, les français l’ont voulu, ils sont nuls en économie certes, ils sont surtout complices de ces politiques, les baby-boomers en tête.

Revenons donc aux fondamentaux. Il y a création de dette quand le budget est déficitaire or nous savons que depuis la fin des années 70 aucun budget voté n’a été en équilibre y compris dans les périodes d’expansion économique. Reagan n’a voté aucun budget en équilibre mais en remontant la croissance des USA, ses capacités de remboursements ont accru aussi. Il faut regarder l’évolution de la dépense publique vis à vis de la création de richesse, des montants des impôts et de la dette pour mieux apprécier les différents styles de pilotage. Gardons en tête que la comparaison entre un stock et un flux est délicate notamment à cause des taux d’intérêt. Chacun comprendra qu’un pays sainement géré peut plus facilement s’autoriser un déficit budgétaire temporaire quand son endettement en % du PIB est bas que lorsqu’il est élevé. Si le keynésianisme a des vertus temporaires, sur plus de 40 ans, ce mode de pilotage est en revanche tueur.

evolution-depense-publique330px-Dette_publique_France_1979-201701-prelevements-obligatoires-france-1

Que constate-t-on? Que les présidents officiellement socialistes ont beaucoup augmenté les dépenses publiques mais que pour contenir le déficit budgétaire différentes stratégies ont été mises en oeuvre. Valéry Giscard d’Estaing a fortement augmenté les impôts pour tenter d’équilibrer son budget. J’appelle ça du socialisme de droite. Mitterrand a quant à lui, augmenté le recours à la dette puisque, contre toute attente (créations d’impôts dont les idéologiques IGF/ISF) il a peu augmenté les impôts. Chirac et Sarkozy ont consacré une nouvelle ère mixte de dette et d’augmentations des impôts avec des succès mitigés que l’ont connaît. Hollande a fortement augmenté les impôts ravivant le socialisme de droite de VGE. Macron part sur le même mode, Giscard pour commencer et s’il relâche les contraintes comme récemment annoncé, il pourrait tenter de finir en mode Mitterrand : l’exact opposé de Sarkozy parti en mode Mitterrand et terminant en mode VGE.

Les français sont complices de cet endettement : ils réélisent le socialisme mitterrandien et sanctionnent le socialisme un poil plus rigoureux sur le plan budgétaire. Ils sont à la fois socialistes et libéraux. Libéraux car ils n’aiment pas les augmentations d’impôts et comprennent bien vite que cette rigueur budgétaire ne leur est pas utile. Ils sont socialistes car ils ne voient pas le danger de reporter à plus tard, sur les générations futures le fardeau de la dette. Le malheur français est donc double : incapacité à baisser les dépenses publiques en comprenant qu’une économie bien portante est indiscutablement plus protectrice que ces dépenses sociales qui nous étouffent. Incapacité à voir le transfert d’impôt des baby-boomers vers les plus jeunes et la bombe à retardement, signe d’un blocage générationnel, de la perte de sens de cette société socialisée et de la déresponsabilisation des individus mais c’est un autre débat, probablement majeur lui aussi.

A propos Duff

Ingénieur consterné par le monde dans lequel il vit...
Cet article, publié dans Eco, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Le socialisme de droite et le mitterrandien

  1. theo31 dit :

    La droite mongaullienne socialiste honteuse défend la justice sociale. mais elle n’arrive pas à obtenir son brevet de compatibilité socialiste

  2. zelectron dit :

    La plaie pire que celle d’Égypte la plus grave, reste celle de la pléthore( too big to fail [die].) de fonctionnaires qui sucent le sang du peuple qui aime ça.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s