Présidentielle de 2022 : Le pire n’est jamais certain

L’élection présidentielle est encore loin, certes, mais c’est justement pourquoi le quinquenat d’Emmanuel va probablement ressembler à un long chemin de croix d’ici là. Cette semaine je notais que notre faux libéral avait réussi l’exploit de bloquer le pays à plusieurs reprises sans la moindre raison valable, sans le moindre projet de réforme ambitieux. A l’image de la réduction de quelques euros des APL… La colère gronde de tous côtés contre un président à l’image irrémédiablement écornée. Est-il foutu pour autant? Peut être pas mais reconnaissons que les miracles, comme celui de 2017, ne se produisent rarement à plusieurs reprises à intervalle rapproché.

Le mode de scrutin à deux tours favorise la quadripolarisation de la vie politique, résultat parfaitement évident en 2017. Un candidat centriste est presque assuré de l’emporter au second tour tandis qu’il a peu de chance de passer le premier. Sauf cas exceptionnels dans l’histoire récente. Celle-ci nous enseigne quelques points éclairants:

  • Aucune majorité n’a été reconduite depuis les législative de 1978 à l’exception de 2007 dans le sillage de l’élection convaincante de Nicolas Sarkozy qui avait fait campagne en partie contre l’immobilisme de son prédécesseur, de son propre camp…
  • La qualification d’un candidat centriste pour le second tour doit beaucoup au contexte du moment et des intrigues politiciennes de bas-étage. Chirac torpille le camp gaulliste en 1974, Macron voit les eaux s’écarter par miracle en 2017.
  • La démographie a certainement plus eu la peau de VGE en 1981 que l’énième coup-fourré de Chirac avec le concours du RPR. Les boomers avaient enfin un poids politique suffisant pour commencer à gouverner le pays.

Les données en 2022 seront évidemment différentes des exceptions notables de 1974/1981/2017. La démographie sera similaire à 2017 avec peut être un vote des français d’origine immigrée plus important en nombre mais favorable à qui? A l’extrême gauche lèche-babouche? Sur les fondamentaux immigration/criminalité/immpuissance publique, on voit mal Marine Le Pen vasciller. D’où mon anticipation par une question à ma TL :

J’ai naturellement laissé le choix à mes amis libéraux de voter avec leurs pieds et venir m’expliquer que je leur demandais de choisir entre la peste et le choléra. Bien sûr. Mais combien d’entre eux se préparent sérieusement à cette perspactive alors que sa probabilité est très loin d’être nulle? Combien d’entre-eux CSP+ dans les villes chics de l’ouest parisien ou à Nantes, Bordeaux, Lyon seraient prêt à tout plaquer, eux qui vivent paisiblement dans un pays qui se vautre de plus en plus dangereusement dans le n’importe quoi depuis près de 40 ans?

Ce sondage m’a été inspiré d’une discussion avec des gens éduqués et peu/pas politisés qui partaient du principe que Jean-Luc Mélenchon était peut être moins pire que Marine Le Pen. La démographie peut être ce qu’elle est, ni avant, mais surtout pas après la chute du mur de Berlin, personne ne s’est occupé à diaboliser le communisme comme les idées nationalistes du FN. Aucun procès de Nuremberg du communisme. Voilà pourquoi je pense que beaucoup de mes amis sur Twitter mente à cause du « qu’en dira-t-on ». Bien sûr que beaucoup votront Le Pen. Les 29% sont déjà des sympathisants RN donc n’avaient aucun intérêt. En revanche la victoire de Mélenchon est tout à fait probable.

Voilà qui doit faire réagir au plus vite ceux qui sont conscient de l’étonnant paradoxe qui empoisonne le débat politique actuel au risque de rendre possible un scénario catastrophe : l’élection va se jouer à droite alors que Marine Le Pen n’a pratiquement aucune chance d’être élue quelque soit l’adversaire, y compris le pire.

PS: j’apporte deux pistes de réflexion pour arrêter ma position.

Quel candidat est le moins nuisible pour moi et pour les autres? Pour les autres, en tant que libéral, je n’exige qu’une seule chose, qu’il soit démocrate. C’est à dire qu’on puisse le foutre dehors au cas, très probable, qu’il fasse n’importe quoi au pouvoir. Je doute fortement que la France Insoumise soit plus démocrate que le FN/RN.

A propos Duff

Ingénieur consterné par le monde dans lequel il vit...
Cet article, publié dans Politique, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Présidentielle de 2022 : Le pire n’est jamais certain

  1. Pascal JUNG-LEDOUX dit :

    mélenchiotte???De la merde!!!Une belle ordure…

  2. zelectron dit :

    Qui est-ce ce candidat qui s’appelle Abstention, il est nouveau ? 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s