La désignation du candidat LR vire à la farce suicidaire

Comme prévu les vieux croutons du parti LR ont réussi une manœuvre pour éviter une primaire ouverte ce que les statuts du parti semblaient pourtant prévoir. En repoussant la désignation du candidat lors d’un congrès se tenant le 4 décembre prochain, sauf nouveau rebondissement, les caciques reculent pour mieux sauter, dans le vide très probablement. Il est absolument fascinant d’observer comment les circonstances mais surtout des hommes d’une rare médiocrité empêchent le retour de la droite aux affaires alors que jamais elle n’a autant bénéficié d’un boulevard pareil.

On peut se demander si le pamphlet nostalgique d’Eric Zemmour « le suicide français » n’était pas écrit spécialement pour LR. Tandis que ce dernier truste les antennes et oblige les candidats de droite à se positionner par rapport à ses polémiques, LR a perdu une occasion de lancer un candidat en retard dans les sondages et apportant un souffle nouveau. Je passerais vite sur le cas de Denis Payre dont j’avais prédit qu’on ne lui déroulerait pas le tapis rouge. Les mois précédents ont vu l’éclosion médiatique de David Lisnard, seule personalité vierge de tout passage ministériel calamiteux sous Jacques Chirac ou Nicolas Sarkozy, confortablement réélu aux municipales et portant un diagnostic lucide et une argumentation solide mais aussi optimiste sur les réformes à conduire. Ce choix de congrès, ou plutôt ce non-choix a enterré tout espoir de proposer aux français du sang neuf, des convictions. Lisnard semble logiquement avoir jeté l’éponge ne voyant pas comment combler son déficit de notoriété et de poids au sein d’un parti verrouillé. Ce sera donc un choix restreint à des candidats naviguant entre deux eaux. Loins derrière Macron et Le Pen et incapables d’expliquer leurs singularités entre Zemmour et le président. LR paye en vérité ses luttes internes depuis la défaite de Sarkozy et le refus quasi systématique de se doter d’un leader et d’un projet ambitieux. Voilà 10 ans que ce parti tente de recycler à l’infini des nullités qui ont échoué et qui auraient disparu dans bon nombre de démocraties occidentales. Nullités livrées en prime avec une bouillie sociale-démocrate inepte compte tenu de la situation périlleuse dans laquelle la France nage en ce moment.

Au lieu d’occuper le terrain médiatique, la guerre interne va se poursuivre avec des tractations aussi ridicules que condamnées à l’échec. Pourquoi 2 mois de combinazione régleraient-ils 10 ans d’incurie? Pendant ce temps, Zemmour s’emploie à décrédibiliser, non seulement Marxine Le Pen mais aussi les notables LR. Son analyse est assez juste, la création de l’UMP a constitué la dernière étape de la trahison des élus de la droite aux idées de ses électeurs, de l’analyse de la situation du pays et du monde. Ce n’est pas exactement un parti avec des ténors issus du RPR avec les idées du centre, erreur classique du penchant réactionnaire de Zemmour et de la droite illibérale. L’UMP a en réalité assemblé le pire du RPR et de l’UDF : l’étatisme des uns et l’européisme des autres, le tout dans une soumission au politiquement correct gauchiste. Aux oubliettes les idées libérales, conservatrices ou souverainistes. Cette droite sans intérêt qui n’intéresse plus personne en dehors des EPHAD et quelques bourgeois catholiques, ne parle plus du tout aux actifs, aux jeunes et aux classes populaires comme Sarkozy avait en grande partie réussi à le faire en 2007. Le plus gros réservoir de voix, surtout vu le niveau de l’abstention ces derniers scrutins se trouve pourtant là. De l’autre côté, Edouard Philippe va (en mission téléguidée depuis l’Elysée) tenter de monter ce parti de centre-droit pour achever ce qui n’avait pas été accompli en 2017. L’idée étant d’assècher LR par le centre, sécuriser la présence de Macron au second tour pour affronter un candidat qui apparaîtra de facto extrémiste. En cas de mauvais sondages, il est probable que LR implose…

Le succès de l’entreprise de l’ancien premier ministre est facile à prévoir. De nombreux élus LR voudront sauver leurs têtes comme tous les opportunistes du PS qui s’étaient mis en marche derrière Macron en 2017. Le parallèle est évident. Reste à savoir jusqu’au ira Zemmour. Réhabiliter Pétain et sa querelle sur les prénoms ne font pas de vous un Trump français, un Steve Banon au mieux. Va-t-il plafonner? Une bulle qui va éclater? Reste que l’élection va se jouer, comme je le pressens depuis longtemps, au centre droit: celui qui va se l’aliéner va perdre. En recyclant des objects politiques périmés, dépourvus de vision, de conviction et désormais d’élan, LR semble tout indiqué four figurer comme première la victime du dégagisme version 2022.

A propos Duff

Ingénieur consterné par le monde dans lequel il vit...
Cet article, publié dans Politique, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour La désignation du candidat LR vire à la farce suicidaire

  1. Louis Vercing dit :

    bonjour,
    afin d’égayer la scène politique nous proposons un texte intitulé ‘Une dictature pour la France ». Ce texte se trouve en accès libre sur icedrive :
    https://icedrive.net/0/a3GdWDrba4
    (une fois sur la page icedrive il faut cliquer sur downloading).
    Vous pouvez diffuser ce document et même le modifier !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s