Zemmour : le soufflé retombe et va au crash

La grande question était de savoir si le polémiste serait le Donald Trump français ou son « mauvais génie » Steve Bannon. La réponse se dessine nettement désormais. Mettre des gauchistes en PLS en reprenant leurs codes (choquer le camp adverse) c’est une chose, se lancer en politique en est une autre. Zemmour en fait l’apprentissage à ses dépens.

En se victimisant comme la familia Le Pen, par ses frasques indignes de la pureté du conservateur propret, par l’indigence du programme passéiste et anxiogène, par l’amateurisme grotesque de son maigre entourage, Zemmour s’est donc lancé officiellement dans la course alors que déjà sur la pente déclinante. Ce qu’un polémiste gagne en notoriété en appelant compromission le respect de l’équilibre entre les forces politiques qui requiert des compromis à côté des choix assumés, il le perd lorsqu’il se lance en politique avec la volonté de rester inflexible sur sa ligne. Voilà pourquoi les intellectuels font rarement de bons hommes politiques. Si les hommes politiques sont mauvais, ce n’est pas toujours à cause de leurs contorsions intellectuelles infernales qui les poussent à abandonner toute conviction, plus sûrement leur carriérisme et la faiblesse des sanctions dans les urnes quand ce n’est pas celle de la justice…

Comme prévu, le positionnement trop réactionnaire de la droite identitaire va lui être fatal : il s’est aliéné le centre-droit modéré le condamnant à prendre que l’électorat non socialiste de Marine Le Pen. Les accents fillonniste de son discours n’y changeront plus rien, il a échoué à réconcilier l’électorat populiste lassé des politiciens et la bourgeoisie qui attend des réformes de l’état bureaucratique qu’elle finance en pure perte. C’était pourtant son plan, c’est un échec de plus en plus évident. L’enfermement dans son thème de prédilection, la naphtaline capiteuse de ses références (parler en citation, un truc à laisser aux profs, de philo en particulier) vont lui coller à la peau. Comme prévu, l’absence d’une équipe expérimentée ou de prise de guerre d’élus LR ou RN droitiers vont être insurmontable. Pire, sans le dire il a fait comprendre que MLP était nulle alors qu’il ne vaut pas mieux. Aux LR d’en profiter, c’est la prochaine question, puisque c’est tout frais, c’est à Valérie Pécresse d’en jouer surtout si elle trouve comment valoriser le meilleur de ce qu’Eric Ciotti a défendu.

Reste une question qui restera sans réponse. La gauche nous déploie un écran de fumée bien opaque pour que jamais ne soit évoquée la question qui tue – pourtant vitale démographiquement parlant – celle de la solubilité de l’islam dans une démocratie libérale occidentale. Zemmour déploit des solutions dépassées de l’extrême droite, limiter démographiquement le poids des « méchants », la gauche un « circulez il n’y a rien à voir! » totalement hors-sujet, mortel depuis Merah et surtout le 13 novembre 2015. Qu’on réaffirme enfin les principes de la république française, les valeurs non négociables de l’occident, de l’universalisme de la liberté des lumières, c’est trop demandé?

A propos Duff

Ingénieur consterné par le monde dans lequel il vit...
Cet article, publié dans Politique, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s