Valérie Pécresse sur le toboggan

Après 2 mois en apesanteur à 15% en compagnie de Marine Le Pen et d’Eric Zemmour, se tenant ainsi dans la barre d’erreur, Valérie Pécresse semble désormais amorcer sa descente aux enfers. Son « grand » meeting parisien a exposé aux grands jours ses faiblesses et l’élimination au premier tour la guette avec le risque même de finir loin du podium, peut être même en cinquième place derrière Jean-Luc Mélenchon. Il serait pourtant injuste de lui tomber dessus : un autre des prétendants de la primaire de décembre aurait subi le même sort.

Sa campagne est un fiasco, on peut déjà le dire. Jamais l’adhésion à des propositions estampillées « de droite » n’a été aussi forte et c’est pourtant un étrange produit du capitalisme de connivence à la française, parti de la gauche qui semble détenir toutes les clés pour sa réélection. Dans ce contexte, ne receuillir que 17% ou 18% des intentions de vote constitue un échec cinglant. Mais la faute, le péché originel revient au parti LR et ses caciques qui préfèrent défendre de médiocres acquis que de prendre des risques pour réformer le pays. Une attitude de syndicalistes de la fonction publique en somme. Les figures de proue de LR se sont montrés incapables d’expliquer pendant 5 ans (!) pourquoi ils étaient différents (et mieux) que le populisme étatiste de Marxine Le Pen ou de l’immobilisme social-démocrate de Macron (se muant en autoritarisme à la première contestation populaire sans parler de la gestion calamiteuse et liberticide de l’épidémie de COVID-19). Ils ont reporté cette explication à la fin du mandat de Macron et se trouvent maintenant victimes de la concurrence d’un candidat étrange en la personne de Zemmour qui s’il ne siffle que peu leurs voix, savonne franchement la planche pour la suite.

Sans surprise, Pécresse n’arrive pas à faire en 2 mois ce qu’elle n’a jamais réussi, osé, et que son parti s’est rechigné à faire pendant 5 ans (bis repetita). Surjouer une ligne qui n’est pas la sienne, incapacité à prendre des risques et de tenter d’imposer des thèmes plutôt qu’être à la remorque des autres candidats, voilà qui n’augure rien de bon. Quel gâchis prévisible! J’avais immédiatement remarqué (choix suicidaire avais-je dit) que le choix d’une primaire fermée aux seuls adhérents où le poids des élus locaux trop tentés de conserver leur pré carré ferait la décision au détriment du sang neuf, de la clarification idéologique, ne marcherait pas. Aussi, j’avais dit qu’un candidat LR insincère sur les idées libérales, conservatrices ou souverainistes c’était une droite qui ne servait à rien, une droite à 8%. Le score de premier tour quand on testait Laurent Wauquiez et où a fini le pourtant solide, intellectuellement parlant, FX Bellamy. L’accueillant sur ses terres, David Lisnard montre comment en 45 secondes on peut énoncer une ligne directrice aussi claire que tranchante tandis qu’en 2 mois, Pécresse minaude, louvoie, tournicote, tourne en rond sur du vide énarchique alors que c’est précisement ce que fait Macron depuis 5 ans (bis !!!).

Valérie Pécresse est donc partie pour être la Hamon de droite suivant une erreur de casting aux similarités troublantes. Choisir Hamon c’était faire fi de toutes les réalités économiques et des conséquences de notre modèle social anticapitaliste (notamment des externalités négatives de l’immigration) choix, qui ne pouvaient être que celui d’élus et de sympathisants vivant dans un univers parallèle. Il en est de même pour bon nombre d’élus de droite à l’évidence. Face au péril occidental d’être gouverné par des sachants, de prétendus centristes modérés qui ne supportent pas la contradiction et qui s’y opposent par des moyens nettement plus sophistiqués que la révolution ou autres références autoritaires, sanglantes des communistes, LR n’avait que des clones en stock. Je m’étais trompé par contre. Zemmour est un réactionnaire certes, mais lui, il sent mieux les choses et corrige ses erreurs sur la forme. Puisqu’il ne s’est pas effondré, qu’il n’est pas un leurre et qu’il est probablement sous-estimé du fait de son flingage en règle dans les médias, il sera très probablement au second tour. Les vieux croutons LR accuseront Pécresse. Ils devraient s’en prendre qu’à eux-mêmes.

A propos Duff

Ingénieur consterné par le monde dans lequel il vit...
Cet article, publié dans Politique, est tagué , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Valérie Pécresse sur le toboggan

  1. jljl454329 dit :

    Bonjour et merci pour cette analyse très pertinente.
    Toujours heureux lorsque un mail m’alerte de votre laïus.
    Rendez-vous au soir du 1er tour pour vérifier votre prédiction.
    Cordialement.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s