Fillon le plébiscite, Sarkozy l’échec, Hollande la capitulation, 2016 année charnière

On se doutait que la violente passe d’armes du week-end dernier entre le premier ministre et le président portait sur la prochaine présidentielle française. Il était logique que Manuel Valls entraîné vers les abîmes par ce président (qui méritait dernièrement la destitution pour divulgation de secrets défense) l’obligerait à clarifier sa position au plus vite. Fort logiquement pour un président en exercice, capable de briguer un second mandat et en ayant la volonté, se voir mettre dans les pattes une primaire était un désaveu complet dont Hollande n’a pas réussi à s’extirper.

Comme le résume fort bien la correspondante à Paris de The Economist, Hollande n’avait que 3 choix cornéliens: 2 humiliations possibles, être défait soit à la primaire soit au premier tour de l’élection présidentielle soit renoncer de concourir. C’est cette dernière solution qu’il a choisi, probablement parce qu’en apparence, c’est la moins désastreuse en terme d’image, élément si important à tout homme politique imbu de lui même et surestimant ses capacités.

François Hollande a donc précipité une allocation télévisée pathétique au cours de laquelle il a longuement loué son action et vanté son bilan tout ça pour en arriver au « mais » fatidique tant attendu. Les assertions étaient toutes grossières et mensongères, les chiffres lui donnant tort, ces exagérations grotesques vont clore ce sinistre quinquennat raté du début à la fin. Il serait franchement nécessaire que les français méditent son message résumé de façon synthétique : mon bilan est tellement formidable que j’en ai tiré comme conclusion que je ne suis pas en mesure de dignement me confronter au jugement des français avec et la vision que je porte

En 10 jours les deux présidents qui ont fait perdre 10 ans au pays sont sortis piteusement par la petite porte. Sans tous les errements notamment sexuels avec le motard casqué qui vient tromper sa concubine rue du cirque, régaliens avec l’humiliation de la Leonarda, la répression déplacée des militants conservateurs qui tranche avec la mansuétude électoraliste envers l’islamisme politique, Hollande a pris plus de risques que Sarkozy. Il avait cherché à extirper le PS de l’idéologie marxiste. Qu’il en soit loué mais ses efforts ruinés par son incapacité à incarner la fonction vont nous faire perdre énormément de temps. L’erreur c’est de n’être jamais sorti de l’habit de premier secrétaire du PS capable de synthèses impossibles pour donner du grain à moudre aux frondeurs, et, que constatant son absence de majorité pour mettre en musique ses beaux discours sur les entreprises, de ne pas avoir procédé à la dissolution de l’assemblée nationale. Au lieu de cela, Hollande a a préféré opérer une réformette factice qui reculait du printemps à décembre 2015 la tenue des élections régionales en espérant gagner du temps et dissiper l’hypothèse d’une dissolution signifiant clarification. Valls est donc tout aussi mouillé et je lui souhaite bien du courage de défendre cette politique de gribouille devant les impétrants aux pistolets chargés et prêts à être dégainés comme à OK Corral. Valls a du faire plier Hollande en le menaçant de l’abandonner comme un vieux chien galeux, qui ne ferait même pas pitié à la SPA, sur une aire d’autoroute mais sa responsabilité est tellement encombrante qu’il ne peut pas s’en tirer si simplement…

Quelques jours auparavant la gauche toute puissante dans les médias attaquait François Fillon – nouveau favori de la présidentielle – en lâchant toutes les bêtises hargneuses dont elle est capable. Ces journalistes ne se rendent même plus compte que leur influence sur la classe moyenne exsangue d’impôts, de normes, de réglementations liberticides tangente le néant. Les attaques deviennent tellement grotesques qu’on voit bien que cette caste entérine l’idée que la gauche est intellectuellement morte et que son ultime chance de survie et la reductio ad hitlerum. En livrant ainsi leurs toutes dernières forces avec finalement plus de courage que François Hollande, le président normal qu’ils expliquaient n’être point du tout arrivé comme un cheveu sur la soupe en 2012, tous les masques tombent…

Après les évictions de Juppé et de Sarkozy (les têtes de Turc faciles), le renoncement d’Hollande le génial manipulateur de Tulle, l’offensive des médias pour nous vendre Emmanuel Macron va s’intensifier. 1h sur RTL ce soir – on ne sait pas au nom de quoi – et bien plus encore à venir, ne nous y trompons pas, c’est François Fillon qui a toutes les cartes en main. Une chose très importante a changé qu’il va devoir apprendre à maîtriser: il est passé en quelques jours du rôle de challenger à celui de favori. Que ce soit sur sa campagne, des mouvements tectoniques (nécessaires) à droite ou du battage médiatique incessant pour le petit Rastignac vaguement libéral, la primaire sanguinaire à gauche, on va avoir de quoi rigoler en France dans les prochaines semaines.

Publicités

A propos Duff

Ingénieur consterné par le monde dans lequel il vit...
Cet article, publié dans Politique, est tagué , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Fillon le plébiscite, Sarkozy l’échec, Hollande la capitulation, 2016 année charnière

  1. zelectron dit :

    VAE VICTIS ! Ce qui malheureusement ne sera pas le cas pour ces 2 retraités de luxe, dont les revenus permettraient de constituer sur la durée 2 ou 3 douzaines et plus de PME/PMI/ETI et ne parlons pas de leurs prédécesseurs . . .
    Fillon risque à son tour de devenir la CIBLE de la gôche qui dispose des meilleures armes anti-démocratiques qui soient, la liste est si longue . . . .
    On pourrait même se demander comment combattre contre des gens barbares sans utiliser soi-même la barbarie
    Un peu de brosse à reluire pour clore (ça fait toujours du bien) : billet équilibré avec juste le piment qu’il faut, aux petits oignons, à propos quel vin préconiseriez vous ?

    • Duff dit :

      Fillon est déjà la cible mais tous ces connards de radio et tv ne s’aperçoivent pas que Fillon c’est pas Sarkozy… Pas de prise…

      D’ailleurs pourquoi Hollande a parlé de Fillon hier soir? Si le programme est si dangereux pourquoi capituler dès le 1er décembre?

      De bonnes questions que les prostitués du PAF ne poseront jamais.

  2. François Carmignola dit :

    Qualifié d' »adversaire idéal » par l’Elysée après sa victoire totale de Dimanche dernier, Fillon (à ma grande joie, il n’y avait donc pas que moi pour le soutenir et voter pour lui), serait il le vrai responsable du retrait de Hollande ? Je crois que oui: la gauche « libérale » a explosé et le duel Valls Macron Montebourg mortifère au dernier degré n’a aucun avenir. Privé de Juppé ou de Sarkozy Macron n’a plus d’air, privé de Hollande, Montebourg non plus; quand à Valls, même Duflot n’en parle plus. Rocard, Stoléru et Castro sont morts et il ne reste que Mélanchon et bien sur Filoche, celui pour lequel j’irais voter à la primaire de gauche. #JeVoteFiloche, faites comme moi, ces gens doivent sortir de l’histoire pour toujours.

    • Duff dit :

      Bonjour,

      Vous m’accorderez que depuis longtemps je songeais sur ce blog que Fillon était potentiellement le meilleur. J’ai bien évidemment voté pour lui dès le premier tour et je me félicite du résultat final qui ne souffre d’aucune contestation au grand dam des médias qui 10 jours après tentent toujours de dénicher un embryon de division à droite ce qu’ils espéraient secrètement à voix haute…

      Le fait qu’Hollande cite Fillon dans sa tragi-comique allocution alors que ça n’avait rien à faire là, démontre qu’à son regret la droite ne s’est pas choisie un adversaire facile à abattre mais un homme pugnace, calme, que les médias aux ordres devront combattre sur les idées et non la forme ce qui semble assez mal barré.

      Sur l’espace politique, il y a une énorme place au centre que Macron va immédiatement préempter mais comme dirait Hollande, pas de bol il n’y a pas des masses d' »électeurs d’autant qu’il n’y pas grand chose qui le sépare de Valls au fond. Valls est autoritaire et brutal tandis que Macron apparaît doux et juvénile même s’il peine à cacher ses immenses dents qui raillent le parquet.

      Pour que la gauche sorte bien lessivée idéologiquement et comme il n’est pas pas du tout certain que Filloche, qui n’est qu’une caricature soit sur la ligne de départ, je vous suggère un autre choix autrement plus efficace… Dans les sondages (on sait ce qu’il faut en penser entre fillonnistes de longue date!) Valls battrait Montebourg mais pas aussi largement que Fillon a écrasé Juppé.

      Pour les quelques gens de droite qui veulent spammer la primaire de gauche, il me semble terriblement efficace de voter Montebourg histoire de faire sauter le PS coupé en deux entre des réformateurs en bois et les communistes qui n’ont pas le courage de faire ce qu’a fait Mélenchon…

      cdlt

    • Duff dit :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s