Fillon contre la sécu communiste

François Fillon a brillamment remporté les primaires de la droite car son projet qualifié par l’intéressé de radical était attendu et son calme et son sérieux l’ont présidentialisé au cours des débats. Dès le lendemain du premier tour, la gauche et la presse aux ordres pressentant la défaite magistrale du candidat qu’elle préférait, se mirent à attaquer tous azimuts. Comment ce double crime de lèse-majesté à savoir ne pas tomber dans le panneau du candidat de droite facile à abattre puis ensuite d’oser renoncer au socialisme est-il possible? Après l’horreur qui découle de ne pas avoir abjuré sa foi chrétienne et de ne pas se prosterner devant le progrès qui fait de l’avortement un acte aussi banal qu’un mode de contraception parmi d’autre, voici qu’on nous annonce que François Fillon se prend les pieds dans le tapis au sujet de la sécurité sociale…

red-urssaf-1

Fillon a mille fois raison de s’en pendre au mastodonte collectiviste qui pille les revenus des français en leur offrant une protection toujours plus maigre. Avec la retraite à 60 ans du magnanime Mitterrand dans un système de Ponzi qualifié de « par répartition » et une hypertrophie de la sphère publique territoriale, voilà les deux principaux facteurs expliquant la croissance anémique avec comme conséquence la persistance du chômage de masse. Revenons un peu en arrière, comme le démontre Eric Verhaeghe, notre cher, très cher modèle social trouve ses racines dans des esprits tordus de fonctionnaires du conseil d’état. C’est un savant mélange de collectivisme du Front Populaire et d’autoritarisme du régime de Vichy. Les ordonnances de 1945 n’ont pas tout défini d’un seul bloc, Charles de Gaulle négociant ce qu’il pouvait avec le CNR où des communistes armés étaient surreprésentés ne peut dignement pas être affublé de cette prétendue conquête sociale. Notons au passage la vilenie des ordonnances surtout dans une période trouble lorsque la démocratie n’est pas encore bien stabilisée, voilà qui me paraît relever d’un procédé crapuleux bien pire qu’un article 49.3 de la Vème République qui engage le gouvernement à l’assemblée…

Or il y a beaucoup de monde qui vit du paritarisme dont la sécu est un puissant pourvoyeur de places, de privilèges, de prébendes et même d’un musée parfaitement inutile véhiculant une propagande obscène. Notre si cher modèle social auquel nous serions si attaché est-il si attachant? Emprisonnant, il l’est. François Fillon a raison de mettre les pieds dans le plat, ça lui a réussi jusqu’ici mais il faut qu’il évite de toute urgence de tomber dans deux écueils prévisibles :

  1. Pour agir dans les 100 jours, il lui faut des textes de lois prêts avant l’élection présidentielle comme il l’a promis : il prend le risque de passer pour le premier ministre qu’il fut, dépourvu de la stature du chef de l’état qui ne se borne qu’à fixer les grandes orientations et tracer un cap pour les 10/20 ans qui viennent.
  2. En l’absence de cap clair, il a pourtant dressé deux objectifs ambitieux mais pour le moment purement économiques – Faire de la France le pays le plus puissant en Europe à horizon 2030 et le plein emploi au plus vite – il risque de ne véhiculer qu’une vision comptable à courte durée (réduction des déficits).

Examinons 3 points inquiétants de notre trop cher modèle social s’agissant de l’assurance maladie qui obligent les politiques d’urgemment débattre du sujet :

  1. La sécu est en déficit chronique, la CADES soit disant temporaire devait lisser rapidement les petit soucis comptables… Comme pour les retraites, la lâcheté politique s’est réjouie de la manipulation des taux d’emprunts des états pour faire perdurer des situations anormales qui devaient être tout aussi temporaires que la CSG. Conscients du problème, les socialistes augmentent les cotisations et remboursent moins, et pire, privatisent en silence le système en rendant la mutuelle complémentaire obligatoire sans oser ouvrir le débat sur la question.
  2. Avons-nous encore de quoi nous réjouir de notre système? Si on regarde des statistiques de l’OCDE le % de français renonçant à des soins comme par exemples les yeux ou les dents, nous sommes à des niveaux comparables voire supérieurs à des pays dont le modèle est vilipendé à longueur de journée (pays anglo-saxons par exemple). Dans le registre mensonge grossier, on se doit de rappeler qu’après la constitution d’oligopoles en UK ou aux USA, la NHS britannique a été totalement re-nationalisée (et ça ne marche toujours pas d’où les débats intenses lors de la campagne des élections générales de 2015) et qu’aucun candidat républicain américain n’avait peur d’affirmer qu’il fallait se débarrasser de l’Obama-care.
  3. Les stats qui tuent : grâce à des accords entre l’UE et des pays comme la Suisse, les frontaliers travaillant en Suisse peuvent choisir entre leurs systèmes nationaux ou de s’assurer en Suisse. Les frontaliers français un temps menacés par l’autre folle dingue de Touraine qui est aussi prompte à critiquer François Fillon que d’étatiser définitivement la santé française, ont choisi à 75% de renoncer à la sécu. Quand les français ont le choix pour un système qui introduit un peu de concurrence, ils fuient majoritairement le système communiste français en clair.

collectif-antigone

Sur la base de ces 3 considérations, il y a moyen de travailler l’opinion publique. Sondages après sondages on mesure qu’enfin les français admettent que les 35h et le « tout état » qui se disperse dans ses dépenses aussi somptuaires qu’inutiles en négligeant le régalien en périodes d’attentats sont à éliminer d’urgence. Le mythe de la sécu est un totem tellement ancré, après 70 ans de lavage de cerveau socialiste, tellement lié au pré-carré des syndicats communistes que j’en viens à me demander s’il ne faut pas réformer d’abord la représentativité syndicale avant de toucher au tiers du PIB redistribué via la dépense sociale. François Fillon a tort de vaciller, sinon comme cette absurdité historique en la personne de Ségolène Royal – du niveau de son ancien concubin – le prédit, des renoncements face au socialisme (qui se croira éternellement tout puissant) il risque d’y en avoir d’autres. Je fais le pari que les 3 millions d’électeurs qui se sont portés sur Fillon ne sont pas plus enragés que les 15 à 16 millions qu’il reste à convaincre. La sécu est notre cancer, plutôt que de réformer le RSI, Fillon ferait mieux d’affaiblir intellectuellement le monopole communiste de la sécu en offrant aux indépendants la liberté d’affiliation et d’en faire le bilan au bout de quelques années pour généraliser au régime générale la mesure…

 

 

 

 

A propos Duff

Ingénieur consterné par le monde dans lequel il vit...
Cet article, publié dans Eco, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour Fillon contre la sécu communiste

  1. zelectron dit :

    La Sécu par le biais de l’URSSAF est un impôt sur le travail, la peine, la sueur, la mort des ouvriers, employés, directeurs et autres assujettis ainsi que sur les risques y compris les pertes des entreprises instituées par le CNR de triste mémoire. Dans les années 80, j’avais milité pour une conversion de ces prélèvements par l’augmentation de la taxe à la valeur ajoutée, ceci me semblant moins injuste et surtout frappant même les sociétés sans employés à savoir sur leur chiffre d’affaire tout en sachant que cette TVA n’était pas due en ce qui concerne les opérations à l’export et en revanche payée sur TOUTES les marchandises importées.
    Sur ces entre-faits le sombre a été élu et je me suis tu.

  2. Le Page dit :

    Espérer que les Français comprendront que la Sécu est nocive dans sa définition actuelle est un doux rêve. Certains ne se soignent-ils pas en fonction de ce qu’ils versent à leur mutuelle avec la fameuse formule « je paie -ou je cotise- donc j’y ai droit! ». Sans compter toutes les parties prenantes qui ont intérêt à ce que le système perdure!
    Les « forces de gauche » ont bien raison de se servir de ce levier contre Fillon, ils risquent fort de le faire passer à la trappe.

    • Duff dit :

      Oui si Fillon merde complètement sur le sujet. Mais la gauche part de trop loin et l’électorat de droite sait fort bien et depuis longtemps que le « tout gratos » ça n’existe pas.

  3. Cyril45 dit :

     » C’est un savant mélange de collectivisme du Front Populaire et d’autoritarisme du régime de Vichy  »
    Autrement dit, c’est une forme de Nazisme.
    En tout cas, souhaitons que François Fillon puisse, à sa manière, rester droit dans ses bottes !
    Cordialement.

    • Duff dit :

      Tout à fait le modèle social français est authentiquement fasciste.

      Or tel qu’il est vendu, il faut s’interroger sur l’incroyable décale entre la réalité, les faits et le discours autorisé. La cécité voire les mensonges sur les solutions trouvées par nos voisins et qui fonctionnent mieux devraient nous mettre la puce à l’oreille…

  4. Sémaphore dit :

    Camarade! Choisis ton camp : rembourse moins ou dérembourse plus…
    Dérembourse moins est à l’opposé du propos…
    😉

  5. Il ne s’agit pas vraiment d’un recul, disons une « remise en discussion » pour boucler l’équipe de campagne. Les mutuelles obligatoires instaurées par les socialistes ont mis le pied à l’étrier: audio, optique, dentaire NESONTDEJAPLUS remboursés par le régime général (je ne parle pas de l’AME, un étranger sans papier ayant tous les droits). A partir de là il est évident que les meilleurs remboursements dont parle Fillon seront le fait des mutuelles et complémentaires, je dirais bien sur. Le système ne sera pas privatisé car une agence sera chargée de coiffer le tout et c’est là que se feront les choses. Entre l’homéopathie et les frais dentaires, il va falloir choisir et si tes pas content il faudra changer de mutuelle, sa désignation étant évidemment un point à discuter, inutile de dire qu’il va y avoir du grain à moudre sur tous ces aspects.
    C’est d’ailleurs ce que dit Marisol Touraine elle même, en niant le « rétro pédalage » et précisément pour ses raisons là!

  6. zelectron dit :

    L’existence des mutuelles est la preuve formelle et absolue de la faillite de la secu communiste (sinon elles n’auraient aucunes raisons de proposer leurs services)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s